Entre biologie et économie

Ingela Alger est chercheuse en économie à la Toulouse school of economics (TSE-R) et directrice du « programme biologie » au sein du Institute for advanced study in Toulouse (IAST).

Ses activités scientifiques ont pour originalité de se situer à l’orée entre les sciences économiques et la biologie. Elle intègre ainsi les théories et concepts des sciences de l’évolution pour appréhender l’évolution des motivations des êtres humains sur le long terme, c’est à dire lorsque celles-ci sont transmises de génération à génération, et sujettes à la sélection naturelle.

Centrées autour des motivations pouvant expliquer les comportements à caractère moral ou à caractère altruiste, ses recherches s’intéressent entre autres à la transmission d’informations ou aux relations familiales.

La présentation d’Ingela Alger apportera ainsi un regard croisé sur l’intérêt que les modèles adaptatifs et évolutifs, le plus souvent testés sur des modèles non humains, peuvent apporter à la compréhension des comportements de l’Homme.

Cette dernière intervention viendra clore le café et ouvrir le débat à tous sur l’apport des oiseaux et autres modèles animaux à la compréhension du Vivant et de l’Homme.

Toulouse school of economics- Research (TSE-R) est sous les tutelles du CNRS (UMR 5314), de l’INRA (UMR 1415), de l’EHESS, et de l’University Toulouse 1 Capitole.

Envol vers d’autres horizons

Virginie Stevens est chercheuse à la Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale.

Ses recherches s’appuient sur différents modèles biologiques : oiseaux mais aussi amphibiens, reptiles et surtout papillons. Grâce au métatron présent à Moulis en Ariège, elle peut mener ses recherches non seulement en milieu naturel mais aussi en milieu contrôlé.

Cette double approche s’avère un atout important pour analyser et modéliser un phénomène aussi complexe que la dispersion, sujet majeur de ses recherches.

Ecotron, Moulis – © CNRS-MidiPyr

La dispersion peut être vue dans une perspective fonctionnelle et évolutive comme un méta-comportement. Des individus ou des propagules – élements pluricellulaires permettant à la plante de se reproduire – assurent grâce leurs déplacements des flux de gènes à travers l’espace.

Ces flux ou échanges entre populations locales permettent de faire face à des changements environnementaux tels que les changements climatiques ou la fragmentation des paysages. Ils jouent ainsi un rôle majeur dans la dynamique des populations et le devenir de la biodiversité.

SETE – Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale CNRS – Université Toulouse III – Paul Sabatier.

Du terrain à la théorie : Quel message de la mésange ?

Pascal Marrot, post doctorant en écologie évolutive au laboratoire toulousain Evolution et diversité biologique  s’intéresse aux contraintes exercées par les changements environnementaux sur la diversité et les adaptations locales des populations.

La mésange bleue est la principale espèce placée au cœur de ses recherches. Il utilise des suivis sur plusieurs années pour confronter modèles théoriques et données de terrain.

Sinitihane ( Parus caeruleus ), © Janek Pärn

Les contraintes environnementales qu’il a investiguées concernent tant les changements climatiques que la présence humaine ou la fragmentation des habitats et des ressources. Il s’agit de comprendre comment les populations locales s’adaptent, par exemple par un changement de taille des portées, de la profondeur des nids ou une reproduction plus précoce. Une autre étape consiste à tenter de mettre en équation les mécanismes de la sélection sous-jacente et favorisant l’émergence de ces traits adaptatifs ainsi que d’évaluer l’intensité avec laquelle cette sélection s’opère.

 

Venez décrouvrir ses recherches menées actuellement au sein du laboratoire toulousain mais également en collaboration avec les laboratoires de Montpellier et de Sherbrook (Canada).

 

Légende : mésange bleue dans le comté de Simuna Lääne-Viru County, Estonie

Un expert des « oiseaux » pour animer le café du 17 octobre

Philipp Heeb est chercheur en écologie comportementale. Il travaille principalement avec des oiseaux. Les diverses expériences de terrain qu’il met en œuvre ont vocation à tester des hypothèses en écologie évolutive et à répondre à des questions très diverses.

Comment le réseau social affecte-t-il la survie des nichées ? Comment les interactions entre les descendants affectent-t-elle également le devenir des familles ? Comment les environnements, milieu urbain mais également microbiote affectent-ils la reproduction des oiseaux (séduction, ponte…) ? Quelle est la dispersion des oiseaux en milieu insulaire ? Quelle place tient l’écologie dans la distribution des parasites chez les oiseaux ?

                                                                 © Philipp HEEB/CNRS Photothèque

Les méthodes employées dans ses recherches trouvent également leur place dans d’autres disciplines. Par exemple, l’analyse des « réseaux sociaux » permet des avancées dans la compréhension des sociétés animales mais également d’appréhender les problématiques de coopération, de transmissions des maladies ou des systèmes socio-économiques.

Ainsi Philipp Heeb offrira un regard avisé sur l’apport des « oiseaux » à la compréhension du Vivant et sera à même grâce ses expériences et questionnements de tisser des liens entre les différent.e.s intervenant.e.s

En attendant le café, découvrez une vidéo sur les relations parentales-familiales, l’investissement parental et les conflits parents-jeunes. Philipp Heeb est chercheur CNRS au laboratoire Evolution et diversité biologique (CNRS/UPS/ENSFA/IRD)

légende photo : nichée d’étourneaux âgée de 5 jours. Selon leur condition corporelle, la peau des jeunes étourneaux réfléchit plus ou moins dans les UV (de moins en moins selon la dégradation de leur condition corporelle). Le favoritisme parental envers les jeunes réfléchissant le plus dans les UV augmente au fur et à mesure que la saison progresse.

HTME 2017 prend son envol !

L’été passé, HTME est prêt à déployer ses ailes !

Cette année, le format évolue !

En 2017, ce ne sera pas une journée complète mais deux cafés que sont proposés dans le cadre des Cafés du Quai. Nous espérons que ce nouveau format facilitera les interactions entre les scientifiques et le public, alors à vos agendas ! Les dates à retenir sont les mardis 17 octobre et 21 novembre à 18. 30.

Pour le reste, HTME garde ses objectifs, à savoir proposer des regards croisés des acteurs et actrices de la recherche autour d’un thème lié à l’exposition du Muséum de Toulouse.

En 2017, l’exposition temporaire du muséum s’intéresse aux rapaces et HTME mettra donc à l’honneur les oiseaux et le vol avec deux approches.

Le premier café portera sur « les oiseaux, modèle de compréhension », le deuxième sur « l’oiseau, aux origines de l’avion et de l’exploration ».

Les dates approchent, nous vous en dévoilerons plus chaque semaine en attendant de vous y retrouver.

Plus de détails sur l’exposition « rapaces » du 10 octobre 2017 au 29 avril 2018 ici

Du « parler chien » au « parler bébé » 

Une expérience récente impliquant des chercheurs de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud) s’appuie sur les relations anciennes et empathiques que nous avons avec les chiens pour en apprendre plus sur le « parler bébé ».

Quelles motivations nous conduisent à employer un « parler chien » par bien des aspects comparables au « parler bébé » (registre de parole, tempo plus lent, voyelles plus pronocées, voix aigue…) ?

Deux hypothèses dominent dans le domaine. Dans le premier cas, c’est la présence de traits « juvéniles » chez l’animal qui nous conduirait à utiliser un registre dédié aux bébés. Dans le second cas, cette forme de langage serait adaptée à un apprentissage et son utilisation correspondrait à l’attente d’une réponse « parlée ». Cette expérience interroge également les réactions que « chiots » et « chiens » ont face à ce « parler chien».

Pour un savoir plus : « Pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ? » – Techniques de l’Ingénieur du 12/01/2017; «Pourquoi parlons-nous « bébé » aux chiens ? » – CNRS du 11/01/2017)

Retour sur les peintures rupestres avec Carole Fritz

Comment les peintures rupestres reflètent-elles l’environnement dans lequel les chasseurs-cueilleurs vivaient ? Comment les représentations animales qui ornent nos grottes reflètent-elles l’importance du sociale et de la symbolique dans ces sociétés ?

Relisez l’interview de Carole Fritz parue dans le magazine exploreur. Cette interview fait écho à son intervention à la journée « Homme, tu m’étonnes » où C. Fritz nous proposera un regard particulier sur les relations humains animal à travers l’art rupestre du paléolithique.

© Claude DELHAYE/CNRS Photothèque Représentation pariétale d'une lionne des cavernes sur le fac-similé du "panneau des chevaux" de la grotte de Vallon-Pont-d'Arc (dite grotte Chauvet). Découverte en 1994, cette grotte située en Ardèche est exceptionnelle de par son ancienneté (36 000 ans), la qualité de la conservation et la richesse de ses représentations pariétales. Pour faire découvrir ce lieu unique fermé au public, des fac-similés d'une vingtaine de panneaux sont visibles dans une vaste réplique de la grotte baptisée "La Caverne du Pont-d'Arc". UMR5608 Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés 20140001_1266

© Claude DELHAYE/CNRS Photothèque
Représentation pariétale d’une lionne des cavernes sur le fac-similé du « panneau des chevaux » de la grotte de Vallon-Pont-d’Arc (dite grotte Chauvet). Découverte en 1994, cette grotte située en Ardèche est exceptionnelle de par son ancienneté (36 000 ans), la qualité de la conservation et la richesse de ses représentations pariétales. Pour faire découvrir ce lieu unique fermé au public, des fac-similés d’une vingtaine de panneaux sont visibles dans une vaste réplique de la grotte baptisée « La Caverne du Pont-d’Arc ». UMR5608 Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés 20140001_1266

Carole Fritz est membre du laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES)   et responsable du CREAP – centre de recherche et d’études pour l’art préhistorique Emile Cartailhac

Cet interview est extrait du numéro 5 d’Exploreur, le magazine scientifique de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées.

Pour une site virtuelle de la grotte Chauve, RDV sur le site

Pourquoi interpeller un roboticien lorsque l’on discute des relations humain-animal ?

Direction le laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS-CNRS), nous voici à la porte du nouveau bâtiment : accueil chaleureux, passage devant les salles d’expérimentation, robot assis devant une table puis direction le bureau de Rachid Alami.

Rachid Alami est roboticien ; il m’interroge ; « Je ne travaille pas dans le domaine de la zoothérapie, qu’attendez-vous de ma participation à la journée Homme, tu m’étonnes ? » Remarque pertinente qui, associée à une pincée de curiosité de sa part, amorce notre discussion.

Deux raisons motivent ma présence au LAAS-CNRS et mon invitation à la journée.

L’exemple de PARO, le robot-phoque thérapeutique, laisse supposer que, pour partie au-moins, le robot pourrait servir d’appui à des fins thérapeutiques. La représentation animale de ces robots – voire parfois humaine – n’est sans doute pas anodine. Qu’est-ce que cela projette ? La création de robots a visée utilitaire n’est-elle pas une nouvelle forme de domestication technologique ?

puppy

Robot puppy, par Toyloverz via wikimedia commons

Enfin, et surtout, partir des robots est un bon moyen de prendre du recul, de distancer l’« affect » pour mieux comprendre ce qu’est la « communication », les processus mis en jeu. Comment un roboticien définit-il des concepts tels que la coopération, l’intelligence ?

L’enjeu des recherches de Rachid Alami et de la robotique sont de créer des robots ayant les moyens de décider, de se répartir entre eux et sans intervention humaine des tâches, de gérer l’aléatoire et d’agir pour réaliser des « tâches ». Cela implique une « intelligence » artificielle potentiellement collective, c’est-à-dire lier une perception à l’action à travers des prises de décision.

Si ce domaine de compétence est complémentaire de ceux des sciences cognitives et de l’éthologie, domaines tous deux représentés le 15 novembre, Rachid Alami souligne deux faits. Premièrement le roboticien n’observe pas les « comportements » : il les génère. Dans ce contexte, l’aléatoire (« l’imprévu ») reste le résultat d’algorithmes. Pour ce qui est des émotions, il est possible de programmer un robot pour qu’il simule des états émotifs. pour autant, il ne faut pas oublier que ceux-là ne sont pas ressentis….

pixabay-alami

Par sciencefreak via pixabayCCO

De nos échanges plusieurs pistes de discussion sont apparues et nous vous invitons à venir les explorer avec nous le 15 novembre au Muséum de Toulouse.

Portrait de Rachid Alami

En savoir plus sur PARO : http://www.parorobots.com/

Le magicien d’Os : Yves Lignereux et la zooarchéologie

Contrairement aux rencontres précédentes, celle-ci n’est pas la première avec Yves Lignereux. Grâce à son détachement au Muséum de Toulouse, nous avons déjà eu l’occasion de nous côtoyer. Pour autant, c’est aux compétences en anatomie comparée du Professeur de l’École vétérinaire de Toulouse que je fais appel, cette fois-ci.

yves-lignereux En fouille comme en laboratoire, son expertise est un véritable atout pour identifier les espèces animales à partir des restes osseux : poissons, coquillages, bovins, ovins… espèces et sous-espèces sont ainsi identifiées au sein des sépultures ou autres lieux permettant ainsi de retracer l’histoire des Humains, celle de la place des animaux dans leur environnement, leur alimentation, leurs croyances.

C’est de cette discipline, la zoo-archéologie qu’Yves Lignereux nous parlera à la journée #HTME2016. Il évoquera sur cette base et sur les connaissances issues des autres disciplines, l’histoire de la domestication, celle du chien, du bœuf ou du cheval par exemple.

Quand le duo se fait trio! Échanges avec V. Servais

Bonne nouvelle, le carnet évolue et et ouvre HTME au-delà des frontières. C’est avec plaisir que nous avons pu échanger cette année avec notre collègue Belge, Véronique Servais.. Retour sur cet échange !

Suite à la brève sur l’article de V. Servais, nous nous sommes aventurés à l’informer et prendre contact. Belle surprise à la clé !! Non seulement le retour fut positif mais riche d’échanges !

Deux articles ont constitué le socle de ces échanges (ref. ci-après)

L’anthropobiologiste que je suis n’a pu qu’être questionnée par l’approche évolutionniste abordée dans le premier de ces articles. Comment Demaret rapproche notre attirance pour les fourrures de nos pratiques d’épouillage ancrées dans notre histoire évolutive et nos caractères primates est à coup sur intéressant en soi.

monkey-456094_1280Epouillage (CCO via pixabay)

Le point de départ de cette discussion, en lien plus direct encore avec la journée HTME était toutefois la « zoothérapie ».

Alors que cette journée annonce un « duo humain-animal », chacun de ces deux articles insiste et décrit non pas un DUO mais un TRIO. Ce trio se compose alors du patient, de l’animal mais aussi du soignant.

Si dans notre quotidien les échanges peuvent être « binaires », dans le contexte de soin l’animal n’est pas au centre de la relation mais un vecteur ou support de celle liant patient et soignant.

La présence de l’animal a vocation à créer ce que Wincott appelait un « espace intermédiaire ». Il s’agit de générer un espace sécurisé au sein duquel le patient va pouvoir expérimenter l’altérité. Un peu comme l’enfant qui s’ouvre au monde, le patient va pouvoir confronter son monde intérieur à la réalité extérieur.

La mise en contact avec un autre à la fois différent parce que non humain mais suffisament proche parce que vivant et animal va autoriser la projection d’une représentation anthropocentrée et personnelle du monde. La part d’imprévu généré par l’animal va également générer un espace de créativité, d’émotions propices à l’échange et dans lequel le patient va pouvoir réinvestir sa propre histoire.

photo-zootheRelation en activité de thérapie, Pr. C. Dillenburger via commons.wikimedia.org

Ces relations humain-animal, peuvent-elles varier d’une culture à une autre, ou plutôt d’une perception du monde et de l’ « animalité » à une autre ? Les robots peuvent ils jouer un rôle de substitu et générer eux mêmes des espaces intermédiaires ? Si oui, seront-ils de même nature et peut on envisager une « robothérapie » dans les domaines de la psychologie ? Comme toujours les questions font suite aux réponses et nous continuerons à en débattre ici comme à la journée du 15 Novembre.

articles utilisés pour la rédaction de ce billet :

Servais V. (2016) Introduire des animaux dans le bureau du clinicien. Dans J. Englebert et V. Follet (dirs.) Adaptation : Essai collectif à partir des paradigmes éthologiques et évolutionnistes, Paris, Hermann, 129-152

V. Servais. La médiation animale comme espace intermédiaire de partenariat avec des animaux. L’Obervatoire N°85, http://hdl.handle.net/2268/188931

HTME c’est aussi ça, l’opportunité d’échanger connaissances et idées sur des sujets transverses. Scientifiques et sociétaux. N’hésitez pas à échanger avec nous et faire d’HTME un lieu d’échanges physique et numérique.

 

La journee HTME s’annonce: RDV le 15 Novembre

Homme, tu m’étonnes ! Édition 2016
Le duo humain animal : une histoire sans fin

 Des temps préhistoriques à aujourd’hui comment ces relations ont-elles évoluées ? Quels indices nous permettent de suivre les relations particulières que l’Homme qu’il soit chasseur-cueilleur, agriculteur ou urbain entretient avec l’animal ? Comment l’animal sauvage devient-il animal domestique puis animal de compagnie ? Quelles projections de nous-mêmes, quels échanges cognitifs et affectifs sous-tendent cette relation particulière ? Le monde virtuel peut-il prolonger ou supplanter ce duo d’antan ?

Six intervenants, chacun dans sa spécialité, vont nous aider à comprendre nos liens aux animaux dans un axe temporel mais aussi cognitif. Une table ronde permettra de croiser les points de vue et de conclure cette journée organisée en partenariat CNRS-Muséum Toulouse. En voir le teaser

affiche

Rendez-vous le 15 novembre de 10h à 17h30 au Muséum de Toulouse

En savoir plus : http://www.cnrs.fr/midi-pyrenees/SciencePourTous/HTME.aspx et #HTME2016

Retrouvez la bibliographie proposée par le Muséum de Toulouse : ici

Inscription gratuite et conseillée : https://www.weezevent.com/htme2016

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe HTME!

Le billet de Fleur : Un jeu vidéo pour les abeilles

L’étude du comportement des abeilles est étroitement liée aux neurosciences. Dans ce cadre, l’équipe d’Aurore Avarguès-Weber développe d’ailleurs un véritable jeu vidéo pour abeilles au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse. Lors de la journée HTME du 15 novembre, l’éthologue décrira comment l’insecte, attaché par le dos à une balle de ping-pong, a l’impression de se déplacer dans un champ à la vue des images en réalité virtuelle que les chercheurs lui projettent. Certes, l’insecte sait qu’il n’est pas dans la nature. Cependant, si l’environnement virtuel est suffisamment réaliste, il parvient à se déplacer et réagir de façon naturelle.

bee-705412_1280Pour l’instant, l’expérience fonctionne avec des projections visuelles très simples pour validation de la technique. « L’abeille se trouve face à deux formes géométriques colorées projetées sur l’écran. Si elle se déplace vers la bleue, on lui donne de l’eau sucrée, vers la jaune, de la quinine au goût amère », explique Aurore Avarguès-Weber. « Elle apprend donc à faire tourner la balle de ping-pong dans la bonne direction pour avoir l’eau sucrée ». Dans le futur, l’objectif de ces travaux est de déterminer le fonctionnement du cerveau de l’abeille, savoir quelles zones s’activent quand elle effectue telle ou telle tâche, et notamment au moment de compter (oui, vous avez bien lu, les abeilles savent compter). En effet, grâce à ce nouveau jeu vidéo, les chercheurs espèrent que les abeilles réaliseront des actions complexes sans bouger la tête, ce qui permettra d’enregistrer l’activité de leur cerveau en parallèle, avec un scanner ou un IRM couplés à un microscope.

crédit image : yabayee via Pixabay CCO

Le billet de Fleur : Abeilles : chaque individu a sa propre réflexion

« L’idée est encore trop souvent répandue que le comportement des animaux, et surtout des insectes qui ont un très petit cerveau, est encodé dans leurs gènes et qu’ils réagissent d’instinct aux stimuli de leur environnement », estime Aurore Avarguès-Weber, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse qui interviendra à la journée Homme, tu m’étonnes !  du 15 novembre 2016. « Tout cela est faux. Les abeilles sont capables d’apprendre et de s’adapter. Elles ne naissent pas en connaissant de manière innée l’emplacement des fleurs intéressantes ! » Par ailleurs, il est impossible que tous les comportements animaux soient inscrits dans le patrimoine génétique à la naissance. Certaines choses s’apprennent, chez l’insecte comme chez l’homme. Même chez le robot, l’apprentissage est nécessaire. En effet, coder l’action très simple de monter une marche d’escalier chez un robot humanoïde est par exemple un vrai casse-tête. La solution est donc de le laisser se cogner plusieurs fois, réessayer, et attendre qu’il trouve sa propre solution.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Abeille collectant du pollen (NZ, CC 3.0 par Tony Wills via wikimedia commons)

Pour l’abeille, c’est la même chose. « Après avoir rencontré plusieurs fleurs, elle crée la catégorie fleurs et quand elle en trouve une autre par la suite, elle sait immédiatement que de la nourriture s’y trouve », explique Aurore Avarguès-Weber. Sans cette intelligence individuelle, cette capacité à se débrouiller seule, l’abeille ne survivrait pas. Même s’il est vrai que cette espèce extrêmement sociale est collectivement très efficace dans ses actions, les individus isolés n’en sont pas bêtes pour autant. « Leur capacité d’apprentissage individuelle est extraordinaire. Par exemple, une abeille issue d’une ruche d’Europe de l’ouest n’a pas le même langage que ses congénères d’Europe de l’est. Mais en une semaine, si on les mélange, l’abeille étrangère est capable de comprendre les autres et d’apprendre à communiquer », conclut l’éthologue.

Le billet de Fleur : Un animal peut-il être « intelligent »?

Dans le cadre de la journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre sur la communication Homme-animal, l’éthologue Aurore Avarguès-Weber du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, enrichira le débat en parlant de l’intelligence individuelle des insectes, et notamment de celle des abeilles. « L’abeille est capable d’apprendre de nombreuses choses, elle sait même compter! », s’enthousiasme la chercheuse. « C’est impressionnant de voir qu’un insecte si petit, avec si peu de neurones, est capable d’accomplir des tâches complexes. Et même si c’est notre vision anthropomorphe qui nous fait dire que les abeilles possèdent une forme d’intelligence, pour ma part, j’en suis convaincue », défend l’éthologue.

aurore-avargues-weber

A. Avarguès-Weber, entretien au CRCA

Cependant, la notion d’intelligence reste difficile à établir. Dans un premier temps, elle pourrait s’apparenter à la capacité à utiliser un grand nombre de neurones pour résoudre un problème complexe. Mais au regard de l’avancée actuelle des sciences du cerveau, il est impossible de quantifier le nombre de neurones activés lors de la réalisation d’un tâche, que ce soit par un homme ou par un insecte. Alors, l’intelligence pourrait-elle être donnée par le temps d’apprentissage ? En effet, plus un problème est complexe, plus un enfant met de temps à le résoudre, et plus il utilise son intelligence. Or, l’homme apprend à compter entre 4 et 5 ans, tandis qu’une abeille ne vit même pas si longtemps! Son apprentissage est indéniablement plus rapide. Le mystère reste donc entier autour de cette notion que l’homme applique souvent aux animaux.

Le Billet de Fleur : l’Homme aux bourdons

À l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, dans le bâtiment du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse (CRCA), une pièce du rez-de-chaussée respire bon la campagne. Mathieu Lihoreau, éthologue au CRCA, y fait voler ses bourdons sans relâche, de fleur artificielle en fleur artificielle. Invité de la prochaine journée Homme, tu m’étonnes ! le 15 novembre, le chercheur partagera ses connaissances sur le comportement du bourdon, avec les fleurs ou avec ses congénères.

Bourdon, par Canudo via wikimedia commons

Équipés d’antennes ou de puces électroniques en lien avec des capteurs sur de fausses fleurs distribuant du nectar artificiel, les bourdons de Mathieu Lihoreau butinent sous haute surveillance. «  Je regarde comment les insectes se déplacent et optimisent leur trajet entre les fleurs. Nous avons aussi commencé à faire voler plusieurs bourdons en même temps pour voir s’ils coopèrent ou au contraire rentrent en compétition », explique le chercheur. « Et j’ai même des collègues  qui travaillent sur la transmission culturelle : de quelle manière un bourdon qui coupe une tige par hasard et s’aperçoit que ça lui permet d’aspirer plus de nectar transmet ce message à son voisin. C’est passionnant ! » Lors de la journée HTME, il sera intéressant de se pencher sur les différences entre une communication de ce type et notre communication humaine par le langage.