Le programme 2015 s’annonce: rencontre avec Anne Probst!

Le programme de « Homme, tu m’étonnes! » version 2015 s’annonce. D’ici la journée du 24 Novembre (Muséum de Toulouse), nous vous proposons de le découvrir et de faire plus ample connaissance avec les intervenants.

Anne Probst, du laboratoire Ecolab* a joué le jeu de l’interview. Elle nous dévoile dans une série de 4 Billets/Questions les dessous de ses travaux et de sa prochaine intervention : « La carte de la végétation de la France : renouveau numérique d’un patrimoine scientifique »  »

 

Question 1 : Votre travail s’appuie sur des cartes de végétations pré-existantes. Pouvez-vous nous faire un bref historique de l’origine de ces cartes et de leur vocation originale?

Anne Probst : A la sortie de la Seconde Guerre mondiale le CNRS a décidé d’impulser la réalisation de la carte de la végétation de la France au 1/200 000 en créant en 1947 à Toulouse une entité dédiée « le Service de la Carte de la Végétation » (SCV). En effet, il n’existait pas encore d’ouvrage conséquent de géographie botanique en France qui permettrait une meilleure connaissance du milieu naturel et de ses possibilités d’utilisation et il apparaissait alors urgent de s’attacher à la sauvegarde et à l’aménagement des ressources naturelles renouvelables. Un recensement des milieux naturels tels que les forêts et un inventaire des ressources et de leur mise en valeur rationnelle, était donc nécessaire.

La carte de la végétation éditée au 1/200 000, -seule échelle qui permettait raisonnablement d’envisager une couverture de l’ensemble du territoire national-, permettait à la fois un inventaire cartographique et statistique du « tapis végétal » et une indication du « dynamisme » de la végétation en vue de sa valorisation.

La carte de végétation du CNRS repose sur le constat que « la végétation se distribue en ensembles cohérents, selon des séries de végétation ou des étages de végétations en montagne et dont la répartition géographique est déterminée par les conditions du milieu, le climat et la nature des sols ». Chaque série ou étage de végétation se décline en différents stades de végétation tels que les pelouses, landes, landes boisées, bois. A partir de leurs relevés cartographiques, les auteurs des cartes avaient pour mission d’extrapoler, pour représenter la végétation potentielle du territoire dont ils avaient la charge : les entités cartographiées étaient les séries dynamiques de la végétation, c’est-à-dire l’ensemble d’une « végétation potentielle » (groupements qui évoluent vers celle-ci, ceux qui en dérivent par dégradation, des cultures qui peuvent lui être substituées, des types de reboisement possible). Cette végétation potentielle constitue donc un état de référence écologique pour les phytogéographes réalisateurs de la carte de végétation du CNRS.

MNHT et UPS-tlse III(photo : Le Jardin botanique Henri Gaussen – La spirale ethnobotanique. copyright D. Descouens – Museum Toulouse)

Henri Gaussen (1891-1981) fut l’initiateur de la carte de la végétation dans les années 1940. Le jardin botanique Henri-Gaussen est aujourd’hui situé au centre de Toulouse, géré par l’Université Toulouse III – Paul-Sabatier, et fait toutefois partie du muséum d’histoire naturelle

Henri Gaussen a ainsi pris la direction de ce projet au sein du SCVS. Sous la houlette de Paul Rey, alors directeur technique, l’équipe a été dynamisée par le recrutement de nombreux techniciens et ingénieurs, docteurs pour la majorité, tous spécialistes de phytogéographie, et dont les activités étaient entièrement dédiées à l’élaboration des cartes, laissant de ce fait peu de place aux recherches plus fondamentales. Suite au départ à la retraite de Henri Gaussen, la direction du Service a été ensuite assurée par Paul Rey, assisté de Georges Dupias, sous-directeur, jusqu’à sa transformation en 1982 en un laboratoire plus axé vers la recherche, tout en ayant en charge d’achever la couverture cartographique totale de la France.

La plupart des feuilles (80%) ont été publiées sur une période de 20 ans entre les années 60 et 80. La dernière carte a été achevée en 1987. L’entreprise aura duré 40 ans et 64 feuilles auront été élaborées couvrant ainsi la France métropolitaine. Si 52 auteurs ont contribué aux cartes, 14 même auteurs ont été associés à toutes les cartes à l’exception de 4 d’entre elles, garantissant une harmonisation de la cartographie.

L’historique de ces cartes est très bien retranscrite dans les documents publiés par Gauquelin et al. (2005) et Rey (2009).

 

* Ecolab (UMR5245 CNRS-UPS-INPT)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *