Rencontre avec Anne Probst (billet 4)

Question 4 : Si les cartes constituaient déjà un patrimoine, cette base de données est en elle-même reconnu « œuvre collective du CNRS ». On peut ainsi considérer qu’il s’agit d’un patrimoine scientifique voire d’un patrimoine plus large et en devenir. Riche de cette expérience, selon vous quelle place doit tenir la « transmission » des connaissances mais aussi des données dans la recherche?

Anne Probst : Les cartes papier et leur scannage numérique ont été reconnues « œuvre collective du CNRS » dans le cadre du projet. C’était une condition essentielle pour que ce patrimoine puisse être utilisé. Cela a permis la réalisation de la base de données numérique en tant qu’œuvre collaborative par des chercheurs du CNRS, Université Toulouse (INPT, UPS), INRA, Université Nancy I, Université Aix-Marseille, AgroParistech-ENGREEF. Ces chercheurs ont cédé leurs droits patrimoniaux sur cette nouvelle œuvre numérique à leurs tutelles respectives permettant ainsi l’utilisation sans contrainte de ces données. Cela fait de cette œuvre un patrimoine scientifique qui peut être utilisée par différents utilisateurs des chercheurs, aux enseignants en passant par les organismes d’état, les collectivités territoriales, les bureaux d’étude….

carte de vegetationCarte de la végétation sur le bâtiment 4R1 du campus de Rangueil.

© CNRS (oeuvre collective)

Ces données numériques ont des applications importantes aujourd’hui et en auront dans le futur, comme le montre aujourd’hui les applications qui n’étaient pas prévisibles lors de l’élaboration des cartes comme le montre clairement aujourd’hui les enjeux autour des impacts de la pollution atmosphérique et des changements climatiques. La transmission des connaissances est fondamentale à la recherche pour ne pas perdre les acquis du savoir souvent obtenues avec beaucoup d’investissement et qui pourront être utilisées dans le futur dans des enjeux non perceptibles à ce jour. Il est cependant essentiel que les données soient renseignées de façon approfondies et des normes devraient être mise en place afin d’optimiser la transmission des savoirs et leur utilisation future. La numérisation permet une sauvegarde et une transmission plus souple en apparence mais elle nécessite une certaine rigueur comme une mise à jour régulière des formats, des sauvegardes, des descriptifs des actions menées pour acquérir ces données. Elles sont essentielles car on voit trop de travaux ou de données perdues ou impossibles à réutiliser, des investigations qui apparaissent « au goût du jour » mais qui pourtant avaient été déjà abordées auparavant et qui en raison de la non transmission de ces savoirs restent muettes.

En guise de conclusion, on peut citer P. Rey (2009) qui mentionnait à propos des cartes « que l’œuvre accomplie au 20e siècle […] puisse alimenter une banque de données patrimoniales, témoin d’une dynamique des paysages garante de tout espoir d’aménagement dans la durée ».

Pour en savoir plus :

GAUQUELIN T., DELPOUX M., DURRIEU G., FABRE A., FONTES J., GOUAUX P., LE CARO P. et O’DONOGHUE M.H. (2005)- « Histoire du Service de la carte de la végétation de la France1 », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 13, URL : http://histoire-cnrs.revues.org/1697

OZENDA, P. (1986). La cartographie écologique et ses applications. Numéro 7 de Écologie appliquée et sciences de l’environnement. Masson.

LEGUEDOIS S., PARTY J.P., DUPOUEY J.L., GAUQUELIN T., GEGOUT J.C., LECAREUX C., BADEAU V., PROBST A. (2011)- La carte de végétation du CNRS à l’ère du numérique. Cybergeo : European Journal of Geography (revue on line), Environnement, Nature, Paysage, document 559, URL : http://cybergeo.revues.org/24688 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24688

REY P. (2009) « Histoire de la cartographie de la végétation en France », Bulletin du Comité Français de Cartographie. Le Monde des Cartes : http://www.lecfc.fr/new/articles/199-article-9.pdf, vol. 199, 105-115.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *