De « transportez-vous aux Archives de Toulouse » à « les Archives vous transportent » ? par C. Bernard*

Collecter, conserver, classer les archives pour les communiquer à tous. La formule des 4C est utilisée depuis environ trente ans pour résumer nos missions. Des missions dont les pratiques ont considérablement évolué au cours du temps. L’archivistique traditionnelle existe toujours et elle offre des bases solides à l’exercice ô combien gratifiant de transmission d’un patrimoine commun.

cath Bernard archivesArbre.Toulouse, Domaine de la Flambelle, sept 1964. André Cros. Ville de Toulouse, Archives municipales, 53 Fi 4750. Licence CC 3.0 BY SA.

Archiviste, un métier encore méconnu et toujours en quête de reconnaissance. Archiviste, bibliothécaire, documentaliste des professions cousines mais qui ont chacune leur identité professionnelle. Archiviste, une fonction qui existe pourtant depuis que les hommes ont commencé à créer des documents dans le cadre de leur activité et qu’ils ont éprouvé le besoin de les conserver et de les organiser pour prouver leurs droits ainsi que pour une saine gestion collective. Mais une discipline, l’archivistique, qui n’est entrée qu’en 1989 au Dictionnaire de l’Académie française.

Pour en revenir aux 4 C, aujourd’hui sont-ils suffisants pour évoquer les mutations de ce métier au regard des transformations de notre société et en particulier dans sa confrontation au numérique ? Peut-être pas, sauf si le dernier verbe « communiquer » est compris dans toutes les acceptions proposées par les dictionnaires des synonymes : révéler, exposer, faire connaître, publier, insuffler, échanger, s’ouvrir, donner et partager par exemple… Longtemps, ce mot a été employé en termes d’accès aux ressources documentaires. A présent, il peut déployer toute sa richesse sémantique et rendre compte des actions de valorisation mais également d’un rôle croissant dans la diffusion et le partage rendu possible par le numérique.

Toulouse._En_gare._Locomotive._4_octobre_1899_(1899)_-_51Fi13_-_Fonds_Trutat_-_cutoutToulouse. En gare, locomotive 1899. E. Trutat, archives municipales 51Fi13

Autrefois, notre credo était « venez aux Archives, l’accès est gratuit et ouvert à tous ». Désormais, les archives sont partout sur la toile, et, de plus en plus, elles s’offrent à vous. On est loin de la définition des dictionnaires d’Ancien Régime : l’archiviste, garde des Archives, non ? Médiateur, community manager, administrateur général des données… dans tous les cas, l’archiviste, créatif et collaboratif, est en meta/morphose comme l’évoque le prochain forum de l’Association des Archivistes français au printemps 2016 qui qualifie les archives de bouillons de culture numérique.

* Catherine Bernard, Adjointe du Directeur Chef du service des publics, fonds clos et audiovisuels, Archives municipales de la Mairie de Toulouse

Retrouver les archives de Toulouse

Sur internet : Les archives de Toulouse ; Le patrimoine toulousain à la carte ; Urban-Hist sur Android ou sur iOS

Sur les réseaux sociaux : twitter archive : @ToulouseArchive ou @UrbanHist_Tlse
facebook ; flickr ; scoop-it

Sur Wikimedia Commons


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *