Le billet de Fleur : Pourquoi étudier les insectes ?

La journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre prochain portera sur la communication et les échanges entre Homme et animal. Mais que deviennent ces échanges quand les affectes entre l’homme et l’animal disparaissent ? Parmi les invités du jour, Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, sera bien placé pour répondre à cette question puisqu’il travaille sur le comportement… des insectes. Abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes, le chercheur étudie la manière dont ces petites bêtes perçoivent, utilisent et échangent l’information.

m-lihoreau

Rencontre avec M. Lihoreau – CRCA

Mais finalement, pourquoi travailler sur des insectes ? « Tout d’abord parce qu’il est plus aisé de faire des expériences en conditions contrôlées sur un petit insecte qui a moins d’humeurs qu’un grand mammifère comme un chat ou un chien. Et contrairement à nos animaux domestiques, les insectes n’attendrissent pas le chercheur, ils répugnent même parfois le néophyte ! Ceci facilite les interprétations objectives du comportement », éclaire l’éthologue. « Dans un laboratoire, un sujet chien aura un nom, un sujet insecte un numéro… » En outre, les drosophiles sur lesquelles travaille Mathieu Lihoreau ont un système nerveux extrêmement simple, ce qui rend plus accessible la pratique des neurosciences, et en particulier de la neurogénétique. Enfin, les petits invertébrés sont peu onéreux, faciles à se procurer, se reproduisent très rapidement, et sont soumis à moins de réglementations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *