Le Billet de Fleur : Qu’est-ce que l’intelligence sociale chez les insectes?

Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, travaille sur le comportement des insectes. Il sera l’invité de la journée Homme, tu m’étonnes ! consacrée au « Duo Homme-animal » et parlera de la capacité des invertébrés à résoudre des tâches cognitives, seuls ou en groupes. Dans le but d’analyser le comportement d’espèces plus ou moins sociales, le chercheur fait beaucoup de comparaisons entre espèces (abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes…). « L’abeille, par exemple, est une espèce très sociale avec une division du travail. Par exemple, lors de l’essaimage, les abeilles exploratrices indiquent l’emplacement d’un nouveau site de nidification à leurs congénères en réalisant une danse en huit. Puis, à la suite d’un vote, l’essaim s’envole vers le site de meilleure qualité. C’est ce qu’on peut appeler de l’intelligence sociale », raconte Mathieu Lihoreau.

abeilles-1

Une des ruches du dispositif de recherche du CRCA

« À l’inverse, les mouches sont grégaires, c’est-à-dire qu’elles vivent en groupe mais sans structure sociale », poursuit l’éthologue. Et pourtant, surprise. Mathieu Lihoreau a réussi à prouver que les drosophiles étaient tout de même capables de prendre des décisions collectives grâce au « test de la cafétéria ». Face à plusieurs sources de nourriture aux valeurs nutritionnelles différentes, une mouche isolée ne se dirige pas toujours vers la source la plus avantageuse. Cependant, une fois en groupe, les drosophiles font plus souvent le bon choix grâce à leur système de communication chimique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *