Le Billet de Fleur : l’Homme aux bourdons

À l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, dans le bâtiment du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse (CRCA), une pièce du rez-de-chaussée respire bon la campagne. Mathieu Lihoreau, éthologue au CRCA, y fait voler ses bourdons sans relâche, de fleur artificielle en fleur artificielle. Invité de la prochaine journée Homme, tu m’étonnes ! le 15 novembre, le chercheur partagera ses connaissances sur le comportement du bourdon, avec les fleurs ou avec ses congénères.

Bourdon, par Canudo via wikimedia commons

Équipés d’antennes ou de puces électroniques en lien avec des capteurs sur de fausses fleurs distribuant du nectar artificiel, les bourdons de Mathieu Lihoreau butinent sous haute surveillance. «  Je regarde comment les insectes se déplacent et optimisent leur trajet entre les fleurs. Nous avons aussi commencé à faire voler plusieurs bourdons en même temps pour voir s’ils coopèrent ou au contraire rentrent en compétition », explique le chercheur. « Et j’ai même des collègues  qui travaillent sur la transmission culturelle : de quelle manière un bourdon qui coupe une tige par hasard et s’aperçoit que ça lui permet d’aspirer plus de nectar transmet ce message à son voisin. C’est passionnant ! » Lors de la journée HTME, il sera intéressant de se pencher sur les différences entre une communication de ce type et notre communication humaine par le langage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *