Quand le duo se fait trio! Échanges avec V. Servais

Bonne nouvelle, le carnet évolue et et ouvre HTME au-delà des frontières. C’est avec plaisir que nous avons pu échanger cette année avec notre collègue Belge, Véronique Servais.. Retour sur cet échange !

Suite à la brève sur l’article de V. Servais, nous nous sommes aventurés à l’informer et prendre contact. Belle surprise à la clé !! Non seulement le retour fut positif mais riche d’échanges !

Deux articles ont constitué le socle de ces échanges (ref. ci-après)

L’anthropobiologiste que je suis n’a pu qu’être questionnée par l’approche évolutionniste abordée dans le premier de ces articles. Comment Demaret rapproche notre attirance pour les fourrures de nos pratiques d’épouillage ancrées dans notre histoire évolutive et nos caractères primates est à coup sur intéressant en soi.

monkey-456094_1280Epouillage (CCO via pixabay)

Le point de départ de cette discussion, en lien plus direct encore avec la journée HTME était toutefois la « zoothérapie ».

Alors que cette journée annonce un « duo humain-animal », chacun de ces deux articles insiste et décrit non pas un DUO mais un TRIO. Ce trio se compose alors du patient, de l’animal mais aussi du soignant.

Si dans notre quotidien les échanges peuvent être « binaires », dans le contexte de soin l’animal n’est pas au centre de la relation mais un vecteur ou support de celle liant patient et soignant.

La présence de l’animal a vocation à créer ce que Wincott appelait un « espace intermédiaire ». Il s’agit de générer un espace sécurisé au sein duquel le patient va pouvoir expérimenter l’altérité. Un peu comme l’enfant qui s’ouvre au monde, le patient va pouvoir confronter son monde intérieur à la réalité extérieur.

La mise en contact avec un autre à la fois différent parce que non humain mais suffisament proche parce que vivant et animal va autoriser la projection d’une représentation anthropocentrée et personnelle du monde. La part d’imprévu généré par l’animal va également générer un espace de créativité, d’émotions propices à l’échange et dans lequel le patient va pouvoir réinvestir sa propre histoire.

photo-zootheRelation en activité de thérapie, Pr. C. Dillenburger via commons.wikimedia.org

Ces relations humain-animal, peuvent-elles varier d’une culture à une autre, ou plutôt d’une perception du monde et de l’ « animalité » à une autre ? Les robots peuvent ils jouer un rôle de substitu et générer eux mêmes des espaces intermédiaires ? Si oui, seront-ils de même nature et peut on envisager une « robothérapie » dans les domaines de la psychologie ? Comme toujours les questions font suite aux réponses et nous continuerons à en débattre ici comme à la journée du 15 Novembre.

articles utilisés pour la rédaction de ce billet :

Servais V. (2016) Introduire des animaux dans le bureau du clinicien. Dans J. Englebert et V. Follet (dirs.) Adaptation : Essai collectif à partir des paradigmes éthologiques et évolutionnistes, Paris, Hermann, 129-152

V. Servais. La médiation animale comme espace intermédiaire de partenariat avec des animaux. L’Obervatoire N°85, http://hdl.handle.net/2268/188931

HTME c’est aussi ça, l’opportunité d’échanger connaissances et idées sur des sujets transverses. Scientifiques et sociétaux. N’hésitez pas à échanger avec nous et faire d’HTME un lieu d’échanges physique et numérique.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *