Le billet de Fleur : Un animal peut-il être « intelligent »?

Dans le cadre de la journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre sur la communication Homme-animal, l’éthologue Aurore Avarguès-Weber du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, enrichira le débat en parlant de l’intelligence individuelle des insectes, et notamment de celle des abeilles. « L’abeille est capable d’apprendre de nombreuses choses, elle sait même compter! », s’enthousiasme la chercheuse. « C’est impressionnant de voir qu’un insecte si petit, avec si peu de neurones, est capable d’accomplir des tâches complexes. Et même si c’est notre vision anthropomorphe qui nous fait dire que les abeilles possèdent une forme d’intelligence, pour ma part, j’en suis convaincue », défend l’éthologue.

aurore-avargues-weber

A. Avarguès-Weber, entretien au CRCA

Cependant, la notion d’intelligence reste difficile à établir. Dans un premier temps, elle pourrait s’apparenter à la capacité à utiliser un grand nombre de neurones pour résoudre un problème complexe. Mais au regard de l’avancée actuelle des sciences du cerveau, il est impossible de quantifier le nombre de neurones activés lors de la réalisation d’un tâche, que ce soit par un homme ou par un insecte. Alors, l’intelligence pourrait-elle être donnée par le temps d’apprentissage ? En effet, plus un problème est complexe, plus un enfant met de temps à le résoudre, et plus il utilise son intelligence. Or, l’homme apprend à compter entre 4 et 5 ans, tandis qu’une abeille ne vit même pas si longtemps! Son apprentissage est indéniablement plus rapide. Le mystère reste donc entier autour de cette notion que l’homme applique souvent aux animaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *