Le billet de Fleur : Abeilles : chaque individu a sa propre réflexion

« L’idée est encore trop souvent répandue que le comportement des animaux, et surtout des insectes qui ont un très petit cerveau, est encodé dans leurs gènes et qu’ils réagissent d’instinct aux stimuli de leur environnement », estime Aurore Avarguès-Weber, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse qui interviendra à la journée Homme, tu m’étonnes !  du 15 novembre 2016. « Tout cela est faux. Les abeilles sont capables d’apprendre et de s’adapter. Elles ne naissent pas en connaissant de manière innée l’emplacement des fleurs intéressantes ! » Par ailleurs, il est impossible que tous les comportements animaux soient inscrits dans le patrimoine génétique à la naissance. Certaines choses s’apprennent, chez l’insecte comme chez l’homme. Même chez le robot, l’apprentissage est nécessaire. En effet, coder l’action très simple de monter une marche d’escalier chez un robot humanoïde est par exemple un vrai casse-tête. La solution est donc de le laisser se cogner plusieurs fois, réessayer, et attendre qu’il trouve sa propre solution.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Abeille collectant du pollen (NZ, CC 3.0 par Tony Wills via wikimedia commons)

Pour l’abeille, c’est la même chose. « Après avoir rencontré plusieurs fleurs, elle crée la catégorie fleurs et quand elle en trouve une autre par la suite, elle sait immédiatement que de la nourriture s’y trouve », explique Aurore Avarguès-Weber. Sans cette intelligence individuelle, cette capacité à se débrouiller seule, l’abeille ne survivrait pas. Même s’il est vrai que cette espèce extrêmement sociale est collectivement très efficace dans ses actions, les individus isolés n’en sont pas bêtes pour autant. « Leur capacité d’apprentissage individuelle est extraordinaire. Par exemple, une abeille issue d’une ruche d’Europe de l’ouest n’a pas le même langage que ses congénères d’Europe de l’est. Mais en une semaine, si on les mélange, l’abeille étrangère est capable de comprendre les autres et d’apprendre à communiquer », conclut l’éthologue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *