Envol vers d’autres horizons

Virginie Stevens est chercheuse à la Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale.

Ses recherches s’appuient sur différents modèles biologiques : oiseaux mais aussi amphibiens, reptiles et surtout papillons. Grâce au métatron présent à Moulis en Ariège, elle peut mener ses recherches non seulement en milieu naturel mais aussi en milieu contrôlé.

Cette double approche s’avère un atout important pour analyser et modéliser un phénomène aussi complexe que la dispersion, sujet majeur de ses recherches.

Ecotron, Moulis – © CNRS-MidiPyr

La dispersion peut être vue dans une perspective fonctionnelle et évolutive comme un méta-comportement. Des individus ou des propagules – élements pluricellulaires permettant à la plante de se reproduire – assurent grâce leurs déplacements des flux de gènes à travers l’espace.

Ces flux ou échanges entre populations locales permettent de faire face à des changements environnementaux tels que les changements climatiques ou la fragmentation des paysages. Ils jouent ainsi un rôle majeur dans la dynamique des populations et le devenir de la biodiversité.

SETE – Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale CNRS – Université Toulouse III – Paul Sabatier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *