Le billet de Fleur : Un jeu vidéo pour les abeilles

L’étude du comportement des abeilles est étroitement liée aux neurosciences. Dans ce cadre, l’équipe d’Aurore Avarguès-Weber développe d’ailleurs un véritable jeu vidéo pour abeilles au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse. Lors de la journée HTME du 15 novembre, l’éthologue décrira comment l’insecte, attaché par le dos à une balle de ping-pong, a l’impression de se déplacer dans un champ à la vue des images en réalité virtuelle que les chercheurs lui projettent. Certes, l’insecte sait qu’il n’est pas dans la nature. Cependant, si l’environnement virtuel est suffisamment réaliste, il parvient à se déplacer et réagir de façon naturelle.

bee-705412_1280Pour l’instant, l’expérience fonctionne avec des projections visuelles très simples pour validation de la technique. « L’abeille se trouve face à deux formes géométriques colorées projetées sur l’écran. Si elle se déplace vers la bleue, on lui donne de l’eau sucrée, vers la jaune, de la quinine au goût amère », explique Aurore Avarguès-Weber. « Elle apprend donc à faire tourner la balle de ping-pong dans la bonne direction pour avoir l’eau sucrée ». Dans le futur, l’objectif de ces travaux est de déterminer le fonctionnement du cerveau de l’abeille, savoir quelles zones s’activent quand elle effectue telle ou telle tâche, et notamment au moment de compter (oui, vous avez bien lu, les abeilles savent compter). En effet, grâce à ce nouveau jeu vidéo, les chercheurs espèrent que les abeilles réaliseront des actions complexes sans bouger la tête, ce qui permettra d’enregistrer l’activité de leur cerveau en parallèle, avec un scanner ou un IRM couplés à un microscope.

crédit image : yabayee via Pixabay CCO

Le billet de Fleur : Abeilles : chaque individu a sa propre réflexion

« L’idée est encore trop souvent répandue que le comportement des animaux, et surtout des insectes qui ont un très petit cerveau, est encodé dans leurs gènes et qu’ils réagissent d’instinct aux stimuli de leur environnement », estime Aurore Avarguès-Weber, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse qui interviendra à la journée Homme, tu m’étonnes !  du 15 novembre 2016. « Tout cela est faux. Les abeilles sont capables d’apprendre et de s’adapter. Elles ne naissent pas en connaissant de manière innée l’emplacement des fleurs intéressantes ! » Par ailleurs, il est impossible que tous les comportements animaux soient inscrits dans le patrimoine génétique à la naissance. Certaines choses s’apprennent, chez l’insecte comme chez l’homme. Même chez le robot, l’apprentissage est nécessaire. En effet, coder l’action très simple de monter une marche d’escalier chez un robot humanoïde est par exemple un vrai casse-tête. La solution est donc de le laisser se cogner plusieurs fois, réessayer, et attendre qu’il trouve sa propre solution.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Abeille collectant du pollen (NZ, CC 3.0 par Tony Wills via wikimedia commons)

Pour l’abeille, c’est la même chose. « Après avoir rencontré plusieurs fleurs, elle crée la catégorie fleurs et quand elle en trouve une autre par la suite, elle sait immédiatement que de la nourriture s’y trouve », explique Aurore Avarguès-Weber. Sans cette intelligence individuelle, cette capacité à se débrouiller seule, l’abeille ne survivrait pas. Même s’il est vrai que cette espèce extrêmement sociale est collectivement très efficace dans ses actions, les individus isolés n’en sont pas bêtes pour autant. « Leur capacité d’apprentissage individuelle est extraordinaire. Par exemple, une abeille issue d’une ruche d’Europe de l’ouest n’a pas le même langage que ses congénères d’Europe de l’est. Mais en une semaine, si on les mélange, l’abeille étrangère est capable de comprendre les autres et d’apprendre à communiquer », conclut l’éthologue.

Le billet de Fleur : Un animal peut-il être « intelligent »?

Dans le cadre de la journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre sur la communication Homme-animal, l’éthologue Aurore Avarguès-Weber du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, enrichira le débat en parlant de l’intelligence individuelle des insectes, et notamment de celle des abeilles. « L’abeille est capable d’apprendre de nombreuses choses, elle sait même compter! », s’enthousiasme la chercheuse. « C’est impressionnant de voir qu’un insecte si petit, avec si peu de neurones, est capable d’accomplir des tâches complexes. Et même si c’est notre vision anthropomorphe qui nous fait dire que les abeilles possèdent une forme d’intelligence, pour ma part, j’en suis convaincue », défend l’éthologue.

aurore-avargues-weber

A. Avarguès-Weber, entretien au CRCA

Cependant, la notion d’intelligence reste difficile à établir. Dans un premier temps, elle pourrait s’apparenter à la capacité à utiliser un grand nombre de neurones pour résoudre un problème complexe. Mais au regard de l’avancée actuelle des sciences du cerveau, il est impossible de quantifier le nombre de neurones activés lors de la réalisation d’un tâche, que ce soit par un homme ou par un insecte. Alors, l’intelligence pourrait-elle être donnée par le temps d’apprentissage ? En effet, plus un problème est complexe, plus un enfant met de temps à le résoudre, et plus il utilise son intelligence. Or, l’homme apprend à compter entre 4 et 5 ans, tandis qu’une abeille ne vit même pas si longtemps! Son apprentissage est indéniablement plus rapide. Le mystère reste donc entier autour de cette notion que l’homme applique souvent aux animaux.

Le Billet de Fleur : l’Homme aux bourdons

À l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, dans le bâtiment du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse (CRCA), une pièce du rez-de-chaussée respire bon la campagne. Mathieu Lihoreau, éthologue au CRCA, y fait voler ses bourdons sans relâche, de fleur artificielle en fleur artificielle. Invité de la prochaine journée Homme, tu m’étonnes ! le 15 novembre, le chercheur partagera ses connaissances sur le comportement du bourdon, avec les fleurs ou avec ses congénères.

Bourdon, par Canudo via wikimedia commons

Équipés d’antennes ou de puces électroniques en lien avec des capteurs sur de fausses fleurs distribuant du nectar artificiel, les bourdons de Mathieu Lihoreau butinent sous haute surveillance. «  Je regarde comment les insectes se déplacent et optimisent leur trajet entre les fleurs. Nous avons aussi commencé à faire voler plusieurs bourdons en même temps pour voir s’ils coopèrent ou au contraire rentrent en compétition », explique le chercheur. « Et j’ai même des collègues  qui travaillent sur la transmission culturelle : de quelle manière un bourdon qui coupe une tige par hasard et s’aperçoit que ça lui permet d’aspirer plus de nectar transmet ce message à son voisin. C’est passionnant ! » Lors de la journée HTME, il sera intéressant de se pencher sur les différences entre une communication de ce type et notre communication humaine par le langage.

Le Billet de Fleur : Qu’est-ce que l’intelligence sociale chez les insectes?

Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, travaille sur le comportement des insectes. Il sera l’invité de la journée Homme, tu m’étonnes ! consacrée au « Duo Homme-animal » et parlera de la capacité des invertébrés à résoudre des tâches cognitives, seuls ou en groupes. Dans le but d’analyser le comportement d’espèces plus ou moins sociales, le chercheur fait beaucoup de comparaisons entre espèces (abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes…). « L’abeille, par exemple, est une espèce très sociale avec une division du travail. Par exemple, lors de l’essaimage, les abeilles exploratrices indiquent l’emplacement d’un nouveau site de nidification à leurs congénères en réalisant une danse en huit. Puis, à la suite d’un vote, l’essaim s’envole vers le site de meilleure qualité. C’est ce qu’on peut appeler de l’intelligence sociale », raconte Mathieu Lihoreau.

abeilles-1

Une des ruches du dispositif de recherche du CRCA

« À l’inverse, les mouches sont grégaires, c’est-à-dire qu’elles vivent en groupe mais sans structure sociale », poursuit l’éthologue. Et pourtant, surprise. Mathieu Lihoreau a réussi à prouver que les drosophiles étaient tout de même capables de prendre des décisions collectives grâce au « test de la cafétéria ». Face à plusieurs sources de nourriture aux valeurs nutritionnelles différentes, une mouche isolée ne se dirige pas toujours vers la source la plus avantageuse. Cependant, une fois en groupe, les drosophiles font plus souvent le bon choix grâce à leur système de communication chimique.

Le billet de Fleur : Pourquoi étudier les insectes ?

La journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre prochain portera sur la communication et les échanges entre Homme et animal. Mais que deviennent ces échanges quand les affectes entre l’homme et l’animal disparaissent ? Parmi les invités du jour, Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, sera bien placé pour répondre à cette question puisqu’il travaille sur le comportement… des insectes. Abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes, le chercheur étudie la manière dont ces petites bêtes perçoivent, utilisent et échangent l’information.

m-lihoreau

Rencontre avec M. Lihoreau – CRCA

Mais finalement, pourquoi travailler sur des insectes ? « Tout d’abord parce qu’il est plus aisé de faire des expériences en conditions contrôlées sur un petit insecte qui a moins d’humeurs qu’un grand mammifère comme un chat ou un chien. Et contrairement à nos animaux domestiques, les insectes n’attendrissent pas le chercheur, ils répugnent même parfois le néophyte ! Ceci facilite les interprétations objectives du comportement », éclaire l’éthologue. « Dans un laboratoire, un sujet chien aura un nom, un sujet insecte un numéro… » En outre, les drosophiles sur lesquelles travaille Mathieu Lihoreau ont un système nerveux extrêmement simple, ce qui rend plus accessible la pratique des neurosciences, et en particulier de la neurogénétique. Enfin, les petits invertébrés sont peu onéreux, faciles à se procurer, se reproduisent très rapidement, et sont soumis à moins de réglementations.

les Billets de Fleur!

Fleur, jeune journaliste de talent, accompagne le service de communication dans ses différentes missions. C’est avec plaisir que Fleur nous accompagnera à la rencontre des chercheurs participants à la journée HTME 2016.

ink-316909_1280Sous sa plume, c’est une autre façon de découvrir la science et de vivre les dessous de HTME. A découvrir donc de septembre à octobre ce nouveau format : « les billets de Fleur ».

Nos animaux en vidéos! avec interview de F. Gaunet

L’exposition Chiens & chats a été l’occasion pour Universciences de réaliser une série de 30 épisodes. Cette série brosse avec humour le portrait de nos compagnons et nous apporte quelques éclairages sur leurs comportements grâce aux contributions des chercheurs, vétérinaires et éleveurs.

La série Les Yeux dans la truffe réalisée par Antonio Fischetti est à voir sur sur universcience.tv

co VIA PIXABAYCette série est également l’occasion d’y découvrir Florence Gaunet  dans pas si bete le chien et dans l’oeil du chien.

Florence Gaunet, éthologue au Laboratoire de Psychologie Cognitive*, spécialiste en cognition sociale, sera effectivement parmi nous aux journées d’HTME pour aborder entre autres les questions associées à la communication Homme-Animal.

* UMR7290 – CNRS – Université ; image C0 via PIXABAY

« Nous sommes des êtres de communication ….». (V. Servais, 2007)

Si dans HTME 2014 nous avions abordé l’importance de la communication y compris non verbale dans la prime enfance (théorie de l’attachement) c’est à travers la relation Homme-Animal que nous allons pouvoir nous interroger de nouveau sur notre relation aux autres, cette fois un « autre non humain ». Les prochaines journées colorées par l’exposition « chiens et chats » qui se tiendra en Octobre 2016 au muséum de Toulouse, aborderont non seulement l’histoire et le devenir de ces relations mais également les modes de communication qui au-delà du langage nous ancre dans la relation au Monde.

chat pexels

L’article de V. Servais disponible ici nous propose une première approche de la relation homme-animal, des systèmes de communication sous-jacents mais également des enjeux telles que la thérapeutique.

Servais Véronique, « La relation homme-animal. La relation à l’animal peut-elle devenir significative, donc thérapeutique, dans le traitement des maladies psychiques ?», Enfances & Psy 2/2007 (n° 35) , p. 46-57
URL : www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2007-2-page-46.htm.
DOI : 10.3917/ep.035.0046.

Véronique Servais est Professeur au Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle notamment  spécialiste en anthropologie de la communication (Université de Liège, Belgique) , zoothérapies, Anthropologie de l’animal.

Pour en savoir plus sur ses recherches : http://www.lasc.ulg.ac.be/index.php/component/content/article?id=100

Billet ACTU! paléogenomique et origine(s) du chien

Cette année la plateforme s’enrichit d’un nouveau format « billet actu ». Pour plus de réactivité et de discussion, des billets en relation avec des documents, actus scientifiques ou sociétales et en relations directes avec le questionnement de cette année vous sont désormais proposés.

En première brève ici, l’article du CNRS le journal qui présente les problématiques et résultats proposés par les équipes d’A. Tresset et de C. Hänni. Comment la paléogénomique peut elle nous éclairer sur l(es) origine(s) de la domestication du chien…?

https://lejournal.cnrs.fr/articles/dou-vient-le-chien

Alaskan_Malamute_R_BartzWikimedia commons by R. Bartz

 

Les ambitions de HTME2016 se précisent….

L’angle est fixé, les approches que nous souhaitons croiser aussi, que ce soit lors de la journée ou ici sur la toile.

Voici notre proposition pour le prochain rdv CNRS/Muséum de Tuolouse autour de l’Homme et de ses Environnements: Quelles sont les relations Homme-Animal au cours du temps ? Quels sont les supports et modes de communication associés à ces échanges ? Quel avenir est possible pour ces duos à l’ère du numérique et/ou de la robotique ?

http://www.publicdomainpictures.net/

http://www.publicdomainpictures.net

En effet, le devenir de l’Homme a toujours été lié à celui de l’animal. Ce lien se transcrit jusque dans le droit, qui depuis 2015 reconnait les animaux domestiques comme « êtres vivants doués de sensibilité », et non plus comme de simples biens ou objets. Ces relations d’interdépendance ne concernent pas que les seules fins utiles telles que l’alimentation, la confection ou le transport… Depuis longtemps déjà, ces relations sont également empreintes de symbolique et d’affect. Des temps préhistoriques à aujourd’hui comment ces relations ont elles évoluées ? Quels indices nous permettent de suivre ces liens particuliers que l’Homme, qu’il soit chasseur-cueilleur, agriculteur ou urbain entretient avec l’animal ? Comment l’animal sauvage devient-il animal domestique puis animal de compagnie ? Quelles projections de nous-même, quels échanges cognitifs et affectifs sous-tendent cette relation particulière ? Le monde virtuel peut-il prolonger ou supplanter ce duo d’antan ?

Autant de questions qui seront abordées lors de notre RDV du 15 Novembre prochain.

la saison 2016 s’annonce

Après une longue période hivernale, le retour du soleil et avec lui l’édition HTME 2016. Pas d’hibernation pour nous mais le temps de la réflexion. Nous voilà fin pret(e)s pour peaufiner un programme dont les grandes lignes ont vu le jour ces dernières semaines. Nous tacherons de distiller quelques indices avant de partager avec vous un programme plus complet.

cco DOMAIN PUBLIC VIA PIXABAY

CCO public domain via Pixabay

 

 

De « transportez-vous aux Archives de Toulouse » à « les Archives vous transportent » ? par C. Bernard*

Collecter, conserver, classer les archives pour les communiquer à tous. La formule des 4C est utilisée depuis environ trente ans pour résumer nos missions. Des missions dont les pratiques ont considérablement évolué au cours du temps. L’archivistique traditionnelle existe toujours et elle offre des bases solides à l’exercice ô combien gratifiant de transmission d’un patrimoine commun.

cath Bernard archivesArbre.Toulouse, Domaine de la Flambelle, sept 1964. André Cros. Ville de Toulouse, Archives municipales, 53 Fi 4750. Licence CC 3.0 BY SA.

Archiviste, un métier encore méconnu et toujours en quête de reconnaissance. Archiviste, bibliothécaire, documentaliste des professions cousines mais qui ont chacune leur identité professionnelle. Archiviste, une fonction qui existe pourtant depuis que les hommes ont commencé à créer des documents dans le cadre de leur activité et qu’ils ont éprouvé le besoin de les conserver et de les organiser pour prouver leurs droits ainsi que pour une saine gestion collective. Mais une discipline, l’archivistique, qui n’est entrée qu’en 1989 au Dictionnaire de l’Académie française.

Pour en revenir aux 4 C, aujourd’hui sont-ils suffisants pour évoquer les mutations de ce métier au regard des transformations de notre société et en particulier dans sa confrontation au numérique ? Peut-être pas, sauf si le dernier verbe « communiquer » est compris dans toutes les acceptions proposées par les dictionnaires des synonymes : révéler, exposer, faire connaître, publier, insuffler, échanger, s’ouvrir, donner et partager par exemple… Longtemps, ce mot a été employé en termes d’accès aux ressources documentaires. A présent, il peut déployer toute sa richesse sémantique et rendre compte des actions de valorisation mais également d’un rôle croissant dans la diffusion et le partage rendu possible par le numérique.

Toulouse._En_gare._Locomotive._4_octobre_1899_(1899)_-_51Fi13_-_Fonds_Trutat_-_cutoutToulouse. En gare, locomotive 1899. E. Trutat, archives municipales 51Fi13

Autrefois, notre credo était « venez aux Archives, l’accès est gratuit et ouvert à tous ». Désormais, les archives sont partout sur la toile, et, de plus en plus, elles s’offrent à vous. On est loin de la définition des dictionnaires d’Ancien Régime : l’archiviste, garde des Archives, non ? Médiateur, community manager, administrateur général des données… dans tous les cas, l’archiviste, créatif et collaboratif, est en meta/morphose comme l’évoque le prochain forum de l’Association des Archivistes français au printemps 2016 qui qualifie les archives de bouillons de culture numérique.

* Catherine Bernard, Adjointe du Directeur Chef du service des publics, fonds clos et audiovisuels, Archives municipales de la Mairie de Toulouse

Retrouver les archives de Toulouse

Sur internet : Les archives de Toulouse ; Le patrimoine toulousain à la carte ; Urban-Hist sur Android ou sur iOS

Sur les réseaux sociaux : twitter archive : @ToulouseArchive ou @UrbanHist_Tlse
facebook ; flickr ; scoop-it

Sur Wikimedia Commons

Brève présentation d’Huma-Num avant de rencontrer son directeur technique, S. Pouyllau

De plus en plus de programmes de recherche en Sciences Humaines et Sociales reposent sur l’exploitation de bases de données. Il est alors nécessaire de gérer les données de la recherche de la création à l’interopérabilité, c’est-à-dire de procéder à du traitement : extraire et annoter des données sérielles ou textuelles, calculer ou annoter des données multimédia, audio/vidéo, 3D, cartographiques, etc.

Le but des Très Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR), telle que Huma-Num est de répondre à des besoins grandissants dans ce domaine.

Revenons sur les objectifs, approches et enjeux de ces plateformes, avant de rencontrer Stéphane Pouyllau, le 24 novembre prochain lors de notre journée HTME. Stéphane Pouyllau est directeur technique d’Huma-Num et responsable du projet ISIDORE.

Les approches et objectifs des plateformes en « humanités numériques »

La notion de corpus regroupe ici un « ensemble de données (numériques) organisées par les chercheurs et les ingénieurs pour faire de la recherche ». Les corpus sont constitués de fonds d’archives, d’archives de chercheurs, d’archives de laboratoires, de reportages photographiques, de collections de bibliothèque, quelle qu’en soit la nature des données (« papier », analogique, numérique)

L’objectif des plateformes est alors multiple :

  • rendre plus accessible les données numériques, en particulier celles qui sont difficilement publiables,

  • optimiser la réutilisation des données scientifiques,

  • participer à la sauvegarde des données à l’ère du numérique,

Les méthodes déployées sont alors au croisement de la recherche, de la documentation et du travail d’archives, de l’informatique et de l’édition. Seule une approche interdisciplinaire mobilisant l’ensemble des compétences mentionnées, mais également l’ensemble des institutions, ressources (humaines et matériels) et sites/outils pré-existants permet un tel déploiement. C’est donc un effort majeur de coopération/coordination et d’adaptation permanent tourné vers l’interopérabilité et impliquant de nombreux partenaires.

Ainsi Huma-Num, dans ses missions nationales mais aussi de coordination de la participation de la France dans DARIAH au niveau européen, coordonne et développe des services numériques fondées sur les techniques de l’information et de la communication (TIC) et travaille avec les communautés pour explorer les méthodes et outils TICS, développer les collaboration et production de résultats, échanger les savoirs et expertises issues de diverses pratiques et disciplines.

Social_Network_Analysis_Visualization« Social Network Analysis Visualization » by Martin Grandjean – Own work : http://www.martingrandjean.ch/wp-content/uploads/2013/10/Graphe3.png. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons – https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Social_Network_Analysis_Visualization.png#/media/File:Social_Network_Analysis_Visualization.png

Les services d’Huma-Num

Différents services en direction du monde de la recherche et du patrimoine numérique sont proposés. Ils se subdivisent en 6 grandes catégories : stocker, archiver, traiter, signaler, diffuser, exposer les données de la recherche.

Des outils ou solutions logicielles sont adossés à ces services :

  • outils de stockage avec conseils adaptés aux objectifs des programmes,

  • service d’archivage assorti de conseils grâce à une convention avec le centre labellisé (CINES) disposant de compétences spécifiques pour l’archivage à long terme,

  • des logiciels de traitement, de visualisation, d’encodage… adaptés aux projets,

  • un service de collecte (moissonnage) offrant un signalement et un accès unifié aux documents et données numériques des SHS : ISIDORE,

  • des packs d’outils permettant de diffuser en ligne des données avec une volonté de favoriser le libre accès aux métadonnées ou données, comme pour ISIDORE,

  • un service d’exposition des données permettant un accès persistant et interopérable des données numériques : NAKALA.

Ces services sont opérés par Huma-Num avec un réseau de partenaires publics : Centre de calcul de l’IN2P3-CNRS ; Centre pour la communication scientifique direct, CINES, etc.

Les consortiums d’Huma-Num :

Les consortiums regroupent des unités et équipes fédérées autour de thématiques et d’objets communs. Ces derniers définissent des procédures et standards numériques partagés.

Actuellement 11 consortiums sont labellisés, regroupant des disciplines aussi variées qu’archéologie, histoire, ethnologie, sciences sociales du politique, musicologie, 3D…

Ici je renverrai sur le site d’HumaNum pour avoir un billet pas trop long.

Pour en savoir plus sur Huma-Num : le site, le blog

Texte issu du contenu de la plateforme Huma-Num et des présentations partagées de S. Pouyllau.

Rencontre avec Anne Probst (billet 4)

Question 4 : Si les cartes constituaient déjà un patrimoine, cette base de données est en elle-même reconnu « œuvre collective du CNRS ». On peut ainsi considérer qu’il s’agit d’un patrimoine scientifique voire d’un patrimoine plus large et en devenir. Riche de cette expérience, selon vous quelle place doit tenir la « transmission » des connaissances mais aussi des données dans la recherche?

Anne Probst : Les cartes papier et leur scannage numérique ont été reconnues « œuvre collective du CNRS » dans le cadre du projet. C’était une condition essentielle pour que ce patrimoine puisse être utilisé. Cela a permis la réalisation de la base de données numérique en tant qu’œuvre collaborative par des chercheurs du CNRS, Université Toulouse (INPT, UPS), INRA, Université Nancy I, Université Aix-Marseille, AgroParistech-ENGREEF. Ces chercheurs ont cédé leurs droits patrimoniaux sur cette nouvelle œuvre numérique à leurs tutelles respectives permettant ainsi l’utilisation sans contrainte de ces données. Cela fait de cette œuvre un patrimoine scientifique qui peut être utilisée par différents utilisateurs des chercheurs, aux enseignants en passant par les organismes d’état, les collectivités territoriales, les bureaux d’étude….

carte de vegetationCarte de la végétation sur le bâtiment 4R1 du campus de Rangueil.

© CNRS (oeuvre collective)

Ces données numériques ont des applications importantes aujourd’hui et en auront dans le futur, comme le montre aujourd’hui les applications qui n’étaient pas prévisibles lors de l’élaboration des cartes comme le montre clairement aujourd’hui les enjeux autour des impacts de la pollution atmosphérique et des changements climatiques. La transmission des connaissances est fondamentale à la recherche pour ne pas perdre les acquis du savoir souvent obtenues avec beaucoup d’investissement et qui pourront être utilisées dans le futur dans des enjeux non perceptibles à ce jour. Il est cependant essentiel que les données soient renseignées de façon approfondies et des normes devraient être mise en place afin d’optimiser la transmission des savoirs et leur utilisation future. La numérisation permet une sauvegarde et une transmission plus souple en apparence mais elle nécessite une certaine rigueur comme une mise à jour régulière des formats, des sauvegardes, des descriptifs des actions menées pour acquérir ces données. Elles sont essentielles car on voit trop de travaux ou de données perdues ou impossibles à réutiliser, des investigations qui apparaissent « au goût du jour » mais qui pourtant avaient été déjà abordées auparavant et qui en raison de la non transmission de ces savoirs restent muettes.

En guise de conclusion, on peut citer P. Rey (2009) qui mentionnait à propos des cartes « que l’œuvre accomplie au 20e siècle […] puisse alimenter une banque de données patrimoniales, témoin d’une dynamique des paysages garante de tout espoir d’aménagement dans la durée ».

Pour en savoir plus :

GAUQUELIN T., DELPOUX M., DURRIEU G., FABRE A., FONTES J., GOUAUX P., LE CARO P. et O’DONOGHUE M.H. (2005)- « Histoire du Service de la carte de la végétation de la France1 », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 13, URL : http://histoire-cnrs.revues.org/1697

OZENDA, P. (1986). La cartographie écologique et ses applications. Numéro 7 de Écologie appliquée et sciences de l’environnement. Masson.

LEGUEDOIS S., PARTY J.P., DUPOUEY J.L., GAUQUELIN T., GEGOUT J.C., LECAREUX C., BADEAU V., PROBST A. (2011)- La carte de végétation du CNRS à l’ère du numérique. Cybergeo : European Journal of Geography (revue on line), Environnement, Nature, Paysage, document 559, URL : http://cybergeo.revues.org/24688 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24688

REY P. (2009) « Histoire de la cartographie de la végétation en France », Bulletin du Comité Français de Cartographie. Le Monde des Cartes : http://www.lecfc.fr/new/articles/199-article-9.pdf, vol. 199, 105-115.