Du « parler chien » au « parler bébé » 

Une expérience récente impliquant des chercheurs de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud) s’appuie sur les relations anciennes et empathiques que nous avons avec les chiens pour en apprendre plus sur le « parler bébé ».

Quelles motivations nous conduisent à employer un « parler chien » par bien des aspects comparables au « parler bébé » (registre de parole, tempo plus lent, voyelles plus pronocées, voix aigue…) ?

Deux hypothèses dominent dans le domaine. Dans le premier cas, c’est la présence de traits « juvéniles » chez l’animal qui nous conduirait à utiliser un registre dédié aux bébés. Dans le second cas, cette forme de langage serait adaptée à un apprentissage et son utilisation correspondrait à l’attente d’une réponse « parlée ». Cette expérience interroge également les réactions que « chiots » et « chiens » ont face à ce « parler chien».

Pour un savoir plus : « Pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ? » – Techniques de l’Ingénieur du 12/01/2017; «Pourquoi parlons-nous « bébé » aux chiens ? » – CNRS du 11/01/2017)

Retour sur les peintures rupestres avec Carole Fritz

Comment les peintures rupestres reflètent-elles l’environnement dans lequel les chasseurs-cueilleurs vivaient ? Comment les représentations animales qui ornent nos grottes reflètent-elles l’importance du sociale et de la symbolique dans ces sociétés ?

Relisez l’interview de Carole Fritz parue dans le magazine exploreur. Cette interview fait écho à son intervention à la journée « Homme, tu m’étonnes » où C. Fritz nous proposera un regard particulier sur les relations humains animal à travers l’art rupestre du paléolithique.

© Claude DELHAYE/CNRS Photothèque Représentation pariétale d'une lionne des cavernes sur le fac-similé du "panneau des chevaux" de la grotte de Vallon-Pont-d'Arc (dite grotte Chauvet). Découverte en 1994, cette grotte située en Ardèche est exceptionnelle de par son ancienneté (36 000 ans), la qualité de la conservation et la richesse de ses représentations pariétales. Pour faire découvrir ce lieu unique fermé au public, des fac-similés d'une vingtaine de panneaux sont visibles dans une vaste réplique de la grotte baptisée "La Caverne du Pont-d'Arc". UMR5608 Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés 20140001_1266

© Claude DELHAYE/CNRS Photothèque
Représentation pariétale d’une lionne des cavernes sur le fac-similé du « panneau des chevaux » de la grotte de Vallon-Pont-d’Arc (dite grotte Chauvet). Découverte en 1994, cette grotte située en Ardèche est exceptionnelle de par son ancienneté (36 000 ans), la qualité de la conservation et la richesse de ses représentations pariétales. Pour faire découvrir ce lieu unique fermé au public, des fac-similés d’une vingtaine de panneaux sont visibles dans une vaste réplique de la grotte baptisée « La Caverne du Pont-d’Arc ». UMR5608 Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés 20140001_1266

Carole Fritz est membre du laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES)   et responsable du CREAP – centre de recherche et d’études pour l’art préhistorique Emile Cartailhac

Cet interview est extrait du numéro 5 d’Exploreur, le magazine scientifique de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées.

Pour une site virtuelle de la grotte Chauve, RDV sur le site

Le magicien d’Os : Yves Lignereux et la zooarchéologie

Contrairement aux rencontres précédentes, celle-ci n’est pas la première avec Yves Lignereux. Grâce à son détachement au Muséum de Toulouse, nous avons déjà eu l’occasion de nous côtoyer. Pour autant, c’est aux compétences en anatomie comparée du Professeur de l’École vétérinaire de Toulouse que je fais appel, cette fois-ci.

yves-lignereux En fouille comme en laboratoire, son expertise est un véritable atout pour identifier les espèces animales à partir des restes osseux : poissons, coquillages, bovins, ovins… espèces et sous-espèces sont ainsi identifiées au sein des sépultures ou autres lieux permettant ainsi de retracer l’histoire des Humains, celle de la place des animaux dans leur environnement, leur alimentation, leurs croyances.

C’est de cette discipline, la zoo-archéologie qu’Yves Lignereux nous parlera à la journée #HTME2016. Il évoquera sur cette base et sur les connaissances issues des autres disciplines, l’histoire de la domestication, celle du chien, du bœuf ou du cheval par exemple.

Quand le duo se fait trio! Échanges avec V. Servais

Bonne nouvelle, le carnet évolue et et ouvre HTME au-delà des frontières. C’est avec plaisir que nous avons pu échanger cette année avec notre collègue Belge, Véronique Servais.. Retour sur cet échange !

Suite à la brève sur l’article de V. Servais, nous nous sommes aventurés à l’informer et prendre contact. Belle surprise à la clé !! Non seulement le retour fut positif mais riche d’échanges !

Deux articles ont constitué le socle de ces échanges (ref. ci-après)

L’anthropobiologiste que je suis n’a pu qu’être questionnée par l’approche évolutionniste abordée dans le premier de ces articles. Comment Demaret rapproche notre attirance pour les fourrures de nos pratiques d’épouillage ancrées dans notre histoire évolutive et nos caractères primates est à coup sur intéressant en soi.

monkey-456094_1280Epouillage (CCO via pixabay)

Le point de départ de cette discussion, en lien plus direct encore avec la journée HTME était toutefois la « zoothérapie ».

Alors que cette journée annonce un « duo humain-animal », chacun de ces deux articles insiste et décrit non pas un DUO mais un TRIO. Ce trio se compose alors du patient, de l’animal mais aussi du soignant.

Si dans notre quotidien les échanges peuvent être « binaires », dans le contexte de soin l’animal n’est pas au centre de la relation mais un vecteur ou support de celle liant patient et soignant.

La présence de l’animal a vocation à créer ce que Wincott appelait un « espace intermédiaire ». Il s’agit de générer un espace sécurisé au sein duquel le patient va pouvoir expérimenter l’altérité. Un peu comme l’enfant qui s’ouvre au monde, le patient va pouvoir confronter son monde intérieur à la réalité extérieur.

La mise en contact avec un autre à la fois différent parce que non humain mais suffisament proche parce que vivant et animal va autoriser la projection d’une représentation anthropocentrée et personnelle du monde. La part d’imprévu généré par l’animal va également générer un espace de créativité, d’émotions propices à l’échange et dans lequel le patient va pouvoir réinvestir sa propre histoire.

photo-zootheRelation en activité de thérapie, Pr. C. Dillenburger via commons.wikimedia.org

Ces relations humain-animal, peuvent-elles varier d’une culture à une autre, ou plutôt d’une perception du monde et de l’ « animalité » à une autre ? Les robots peuvent ils jouer un rôle de substitu et générer eux mêmes des espaces intermédiaires ? Si oui, seront-ils de même nature et peut on envisager une « robothérapie » dans les domaines de la psychologie ? Comme toujours les questions font suite aux réponses et nous continuerons à en débattre ici comme à la journée du 15 Novembre.

articles utilisés pour la rédaction de ce billet :

Servais V. (2016) Introduire des animaux dans le bureau du clinicien. Dans J. Englebert et V. Follet (dirs.) Adaptation : Essai collectif à partir des paradigmes éthologiques et évolutionnistes, Paris, Hermann, 129-152

V. Servais. La médiation animale comme espace intermédiaire de partenariat avec des animaux. L’Obervatoire N°85, http://hdl.handle.net/2268/188931

HTME c’est aussi ça, l’opportunité d’échanger connaissances et idées sur des sujets transverses. Scientifiques et sociétaux. N’hésitez pas à échanger avec nous et faire d’HTME un lieu d’échanges physique et numérique.

 

La journee HTME s’annonce: RDV le 15 Novembre

Homme, tu m’étonnes ! Édition 2016
Le duo humain animal : une histoire sans fin

 Des temps préhistoriques à aujourd’hui comment ces relations ont-elles évoluées ? Quels indices nous permettent de suivre les relations particulières que l’Homme qu’il soit chasseur-cueilleur, agriculteur ou urbain entretient avec l’animal ? Comment l’animal sauvage devient-il animal domestique puis animal de compagnie ? Quelles projections de nous-mêmes, quels échanges cognitifs et affectifs sous-tendent cette relation particulière ? Le monde virtuel peut-il prolonger ou supplanter ce duo d’antan ?

Six intervenants, chacun dans sa spécialité, vont nous aider à comprendre nos liens aux animaux dans un axe temporel mais aussi cognitif. Une table ronde permettra de croiser les points de vue et de conclure cette journée organisée en partenariat CNRS-Muséum Toulouse. En voir le teaser

affiche

Rendez-vous le 15 novembre de 10h à 17h30 au Muséum de Toulouse

En savoir plus : http://www.cnrs.fr/midi-pyrenees/SciencePourTous/HTME.aspx et #HTME2016

Retrouvez la bibliographie proposée par le Muséum de Toulouse : ici

Inscription gratuite et conseillée : https://www.weezevent.com/htme2016

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe HTME!

Le billet de Fleur : Un jeu vidéo pour les abeilles

L’étude du comportement des abeilles est étroitement liée aux neurosciences. Dans ce cadre, l’équipe d’Aurore Avarguès-Weber développe d’ailleurs un véritable jeu vidéo pour abeilles au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse. Lors de la journée HTME du 15 novembre, l’éthologue décrira comment l’insecte, attaché par le dos à une balle de ping-pong, a l’impression de se déplacer dans un champ à la vue des images en réalité virtuelle que les chercheurs lui projettent. Certes, l’insecte sait qu’il n’est pas dans la nature. Cependant, si l’environnement virtuel est suffisamment réaliste, il parvient à se déplacer et réagir de façon naturelle.

bee-705412_1280Pour l’instant, l’expérience fonctionne avec des projections visuelles très simples pour validation de la technique. « L’abeille se trouve face à deux formes géométriques colorées projetées sur l’écran. Si elle se déplace vers la bleue, on lui donne de l’eau sucrée, vers la jaune, de la quinine au goût amère », explique Aurore Avarguès-Weber. « Elle apprend donc à faire tourner la balle de ping-pong dans la bonne direction pour avoir l’eau sucrée ». Dans le futur, l’objectif de ces travaux est de déterminer le fonctionnement du cerveau de l’abeille, savoir quelles zones s’activent quand elle effectue telle ou telle tâche, et notamment au moment de compter (oui, vous avez bien lu, les abeilles savent compter). En effet, grâce à ce nouveau jeu vidéo, les chercheurs espèrent que les abeilles réaliseront des actions complexes sans bouger la tête, ce qui permettra d’enregistrer l’activité de leur cerveau en parallèle, avec un scanner ou un IRM couplés à un microscope.

crédit image : yabayee via Pixabay CCO

Le billet de Fleur : Abeilles : chaque individu a sa propre réflexion

« L’idée est encore trop souvent répandue que le comportement des animaux, et surtout des insectes qui ont un très petit cerveau, est encodé dans leurs gènes et qu’ils réagissent d’instinct aux stimuli de leur environnement », estime Aurore Avarguès-Weber, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse qui interviendra à la journée Homme, tu m’étonnes !  du 15 novembre 2016. « Tout cela est faux. Les abeilles sont capables d’apprendre et de s’adapter. Elles ne naissent pas en connaissant de manière innée l’emplacement des fleurs intéressantes ! » Par ailleurs, il est impossible que tous les comportements animaux soient inscrits dans le patrimoine génétique à la naissance. Certaines choses s’apprennent, chez l’insecte comme chez l’homme. Même chez le robot, l’apprentissage est nécessaire. En effet, coder l’action très simple de monter une marche d’escalier chez un robot humanoïde est par exemple un vrai casse-tête. La solution est donc de le laisser se cogner plusieurs fois, réessayer, et attendre qu’il trouve sa propre solution.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Abeille collectant du pollen (NZ, CC 3.0 par Tony Wills via wikimedia commons)

Pour l’abeille, c’est la même chose. « Après avoir rencontré plusieurs fleurs, elle crée la catégorie fleurs et quand elle en trouve une autre par la suite, elle sait immédiatement que de la nourriture s’y trouve », explique Aurore Avarguès-Weber. Sans cette intelligence individuelle, cette capacité à se débrouiller seule, l’abeille ne survivrait pas. Même s’il est vrai que cette espèce extrêmement sociale est collectivement très efficace dans ses actions, les individus isolés n’en sont pas bêtes pour autant. « Leur capacité d’apprentissage individuelle est extraordinaire. Par exemple, une abeille issue d’une ruche d’Europe de l’ouest n’a pas le même langage que ses congénères d’Europe de l’est. Mais en une semaine, si on les mélange, l’abeille étrangère est capable de comprendre les autres et d’apprendre à communiquer », conclut l’éthologue.

Le billet de Fleur : Un animal peut-il être « intelligent »?

Dans le cadre de la journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre sur la communication Homme-animal, l’éthologue Aurore Avarguès-Weber du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, enrichira le débat en parlant de l’intelligence individuelle des insectes, et notamment de celle des abeilles. « L’abeille est capable d’apprendre de nombreuses choses, elle sait même compter! », s’enthousiasme la chercheuse. « C’est impressionnant de voir qu’un insecte si petit, avec si peu de neurones, est capable d’accomplir des tâches complexes. Et même si c’est notre vision anthropomorphe qui nous fait dire que les abeilles possèdent une forme d’intelligence, pour ma part, j’en suis convaincue », défend l’éthologue.

aurore-avargues-weber

A. Avarguès-Weber, entretien au CRCA

Cependant, la notion d’intelligence reste difficile à établir. Dans un premier temps, elle pourrait s’apparenter à la capacité à utiliser un grand nombre de neurones pour résoudre un problème complexe. Mais au regard de l’avancée actuelle des sciences du cerveau, il est impossible de quantifier le nombre de neurones activés lors de la réalisation d’un tâche, que ce soit par un homme ou par un insecte. Alors, l’intelligence pourrait-elle être donnée par le temps d’apprentissage ? En effet, plus un problème est complexe, plus un enfant met de temps à le résoudre, et plus il utilise son intelligence. Or, l’homme apprend à compter entre 4 et 5 ans, tandis qu’une abeille ne vit même pas si longtemps! Son apprentissage est indéniablement plus rapide. Le mystère reste donc entier autour de cette notion que l’homme applique souvent aux animaux.

Le Billet de Fleur : l’Homme aux bourdons

À l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, dans le bâtiment du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse (CRCA), une pièce du rez-de-chaussée respire bon la campagne. Mathieu Lihoreau, éthologue au CRCA, y fait voler ses bourdons sans relâche, de fleur artificielle en fleur artificielle. Invité de la prochaine journée Homme, tu m’étonnes ! le 15 novembre, le chercheur partagera ses connaissances sur le comportement du bourdon, avec les fleurs ou avec ses congénères.

Bourdon, par Canudo via wikimedia commons

Équipés d’antennes ou de puces électroniques en lien avec des capteurs sur de fausses fleurs distribuant du nectar artificiel, les bourdons de Mathieu Lihoreau butinent sous haute surveillance. «  Je regarde comment les insectes se déplacent et optimisent leur trajet entre les fleurs. Nous avons aussi commencé à faire voler plusieurs bourdons en même temps pour voir s’ils coopèrent ou au contraire rentrent en compétition », explique le chercheur. « Et j’ai même des collègues  qui travaillent sur la transmission culturelle : de quelle manière un bourdon qui coupe une tige par hasard et s’aperçoit que ça lui permet d’aspirer plus de nectar transmet ce message à son voisin. C’est passionnant ! » Lors de la journée HTME, il sera intéressant de se pencher sur les différences entre une communication de ce type et notre communication humaine par le langage.

Le Billet de Fleur : Qu’est-ce que l’intelligence sociale chez les insectes?

Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, travaille sur le comportement des insectes. Il sera l’invité de la journée Homme, tu m’étonnes ! consacrée au « Duo Homme-animal » et parlera de la capacité des invertébrés à résoudre des tâches cognitives, seuls ou en groupes. Dans le but d’analyser le comportement d’espèces plus ou moins sociales, le chercheur fait beaucoup de comparaisons entre espèces (abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes…). « L’abeille, par exemple, est une espèce très sociale avec une division du travail. Par exemple, lors de l’essaimage, les abeilles exploratrices indiquent l’emplacement d’un nouveau site de nidification à leurs congénères en réalisant une danse en huit. Puis, à la suite d’un vote, l’essaim s’envole vers le site de meilleure qualité. C’est ce qu’on peut appeler de l’intelligence sociale », raconte Mathieu Lihoreau.

abeilles-1

Une des ruches du dispositif de recherche du CRCA

« À l’inverse, les mouches sont grégaires, c’est-à-dire qu’elles vivent en groupe mais sans structure sociale », poursuit l’éthologue. Et pourtant, surprise. Mathieu Lihoreau a réussi à prouver que les drosophiles étaient tout de même capables de prendre des décisions collectives grâce au « test de la cafétéria ». Face à plusieurs sources de nourriture aux valeurs nutritionnelles différentes, une mouche isolée ne se dirige pas toujours vers la source la plus avantageuse. Cependant, une fois en groupe, les drosophiles font plus souvent le bon choix grâce à leur système de communication chimique.

Le billet de Fleur : Pourquoi étudier les insectes ?

La journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre prochain portera sur la communication et les échanges entre Homme et animal. Mais que deviennent ces échanges quand les affectes entre l’homme et l’animal disparaissent ? Parmi les invités du jour, Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, sera bien placé pour répondre à cette question puisqu’il travaille sur le comportement… des insectes. Abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes, le chercheur étudie la manière dont ces petites bêtes perçoivent, utilisent et échangent l’information.

m-lihoreau

Rencontre avec M. Lihoreau – CRCA

Mais finalement, pourquoi travailler sur des insectes ? « Tout d’abord parce qu’il est plus aisé de faire des expériences en conditions contrôlées sur un petit insecte qui a moins d’humeurs qu’un grand mammifère comme un chat ou un chien. Et contrairement à nos animaux domestiques, les insectes n’attendrissent pas le chercheur, ils répugnent même parfois le néophyte ! Ceci facilite les interprétations objectives du comportement », éclaire l’éthologue. « Dans un laboratoire, un sujet chien aura un nom, un sujet insecte un numéro… » En outre, les drosophiles sur lesquelles travaille Mathieu Lihoreau ont un système nerveux extrêmement simple, ce qui rend plus accessible la pratique des neurosciences, et en particulier de la neurogénétique. Enfin, les petits invertébrés sont peu onéreux, faciles à se procurer, se reproduisent très rapidement, et sont soumis à moins de réglementations.

les Billets de Fleur!

Fleur, jeune journaliste de talent, accompagne le service de communication dans ses différentes missions. C’est avec plaisir que Fleur nous accompagnera à la rencontre des chercheurs participants à la journée HTME 2016.

ink-316909_1280Sous sa plume, c’est une autre façon de découvrir la science et de vivre les dessous de HTME. A découvrir donc de septembre à octobre ce nouveau format : « les billets de Fleur ».

Nos animaux en vidéos! avec interview de F. Gaunet

L’exposition Chiens & chats a été l’occasion pour Universciences de réaliser une série de 30 épisodes. Cette série brosse avec humour le portrait de nos compagnons et nous apporte quelques éclairages sur leurs comportements grâce aux contributions des chercheurs, vétérinaires et éleveurs.

La série Les Yeux dans la truffe réalisée par Antonio Fischetti est à voir sur sur universcience.tv

co VIA PIXABAYCette série est également l’occasion d’y découvrir Florence Gaunet  dans pas si bete le chien et dans l’oeil du chien.

Florence Gaunet, éthologue au Laboratoire de Psychologie Cognitive*, spécialiste en cognition sociale, sera effectivement parmi nous aux journées d’HTME pour aborder entre autres les questions associées à la communication Homme-Animal.

* UMR7290 – CNRS – Université ; image C0 via PIXABAY

« Nous sommes des êtres de communication ….». (V. Servais, 2007)

Si dans HTME 2014 nous avions abordé l’importance de la communication y compris non verbale dans la prime enfance (théorie de l’attachement) c’est à travers la relation Homme-Animal que nous allons pouvoir nous interroger de nouveau sur notre relation aux autres, cette fois un « autre non humain ». Les prochaines journées colorées par l’exposition « chiens et chats » qui se tiendra en Octobre 2016 au muséum de Toulouse, aborderont non seulement l’histoire et le devenir de ces relations mais également les modes de communication qui au-delà du langage nous ancre dans la relation au Monde.

chat pexels

L’article de V. Servais disponible ici nous propose une première approche de la relation homme-animal, des systèmes de communication sous-jacents mais également des enjeux telles que la thérapeutique.

Servais Véronique, « La relation homme-animal. La relation à l’animal peut-elle devenir significative, donc thérapeutique, dans le traitement des maladies psychiques ?», Enfances & Psy 2/2007 (n° 35) , p. 46-57
URL : www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2007-2-page-46.htm.
DOI : 10.3917/ep.035.0046.

Véronique Servais est Professeur au Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle notamment  spécialiste en anthropologie de la communication (Université de Liège, Belgique) , zoothérapies, Anthropologie de l’animal.

Pour en savoir plus sur ses recherches : http://www.lasc.ulg.ac.be/index.php/component/content/article?id=100

Billet ACTU! paléogenomique et origine(s) du chien

Cette année la plateforme s’enrichit d’un nouveau format « billet actu ». Pour plus de réactivité et de discussion, des billets en relation avec des documents, actus scientifiques ou sociétales et en relations directes avec le questionnement de cette année vous sont désormais proposés.

En première brève ici, l’article du CNRS le journal qui présente les problématiques et résultats proposés par les équipes d’A. Tresset et de C. Hänni. Comment la paléogénomique peut elle nous éclairer sur l(es) origine(s) de la domestication du chien…?

https://lejournal.cnrs.fr/articles/dou-vient-le-chien

Alaskan_Malamute_R_BartzWikimedia commons by R. Bartz