Echanges au cours de la campagne d’inventaire PATSTEC : un billet d’Anne Claire Jolivet

Le billet d’Anne Claire Jolivet vient nous illustrer une des visions du patrimoine scientifique par le monde de la recherche. Il nous fait par également des réflexions qui accompagnent les usages du numérique dans les démarches de sauvegarde et patrimonialisation.Ce billet vient comme un prélude à ce qui sera le sujet de la table ronde de la journée HTME 2015.

Le billet d’Anne Claire Jolivet : A la recherche des sciences récemment disparues …

 » Échanges au cours de la campagne d’inventaire dans un laboratoire de recherche toulousain

Glossy_3d_blue_conversationMysitemyway.com [CC BY 1.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/1.0)], via Wikimedia Commons

1ère visite 

PATSTEC (P) Bonjour, merci de nous accueillir

LE CHERCHEUR (C) : vous recherchez des pièces de musées ? Vous savez ici nous n’avons rien de vieux et de précieux …

(P) Pas tout à fait, nous œuvrons pour sauvegarder le patrimoine scientifique et technique contemporain, du 20 et 21ème siècle

(C) Aaahh ! Alors, vous tombez bien, prenez ce que vous voulez, tout ce qu’il y a à la cave doit partir à la benne la semaine prochaine !

(P) AAAHH ! Si vous pouviez attendre quelques jours, cela nous permettra de faire un tri raisonné et ainsi de convenir avec vous de ce qu’il serait bon à conserver pour mettre en récit l’histoire scientifique régionale, avec l’avis des membres de votre laboratoire.

(C) OK, si vous voulez, nous ne sommes plus à quelques jours prêts !

(P) Nous pouvons faire le tour du laboratoire avec l’appareil photographique ?

(C) Oui, allez-y !

Entre deux visites … après avoir gagné du temps avant la mise à la poubelle des instruments, avoir mitrailler chaque recoin de paillasses pendant 3H accompagnés de plusieurs chercheurs, ingénieurs et techniciens qui se sont révélés particulièrement bavards finalement, avoir trier le reportage, avoir extrait les instruments remarqués, avoir échangé quelques mails…

2ème visite quelques semaines plus tard

(P) Bonjour, comment allez-vous depuis notre dernière visite ?

(C) Bien merci, nous avons trouvé d’autres instruments qui pourraient vous intéresser.

(P) Merci nous allons voir cela, et vous avez trouvé une solution pour ceux repérés la dernière fois ?

(C) Oui en partie : le directeur en a mis quelques-uns dans son bureau, on a fait une petite vitrine pédagogique dans la salle de travaux pratiques, et il nous en reste quelques-uns dans la cave

(P) On peut s’installer sur cette table pour faire les photographies, prendre les mesures et étiqueter les instruments ?

(C) Oui, une fois que vous les aurez intégrés dans la base de données, on pourra en jeter certains ?

(P) … SILENCE

Le numérique est-il une solution pour conserver virtuellement des traces de l’activité de recherche contemporaine ? Cette science qui se révèle être de plus en plus « big » avec des équipements monumentaux et d’importants collectifs de chercheurs internationaux, cette science qui se réalise avec des instruments qui paraissent uniformes et simplement électroniques de l’extérieur, telle des « boîtes noires » en plastique, cette science qui se charge en données de façon exponentielle et en équipements de plus en plus rapidement obsolètes … est-elle compatible avec une processus de patrimonialisation qui demande forcément du temps et du sensible ?

image billet AC JolivetCalculatrice arithmétique de Toulouse, projet pédagogique et de recherche de 1958 à 1968 [copyright] Droits réservés (via AC J.)

La tentation de penser que la numérisation 3D, la réalisation de base de données et la médiation par exposition virtuelle représentent les solutions pour sauvegarder le patrimoine scientifique est grande. D’autant plus lorsqu’on évoque les manques de moyens et de locaux de la recherche française. Mon propos se veut plus modéré, le numérique est un nouvel outil remarquable du conservateur qui lui permet de donner à voir au présent et donner à transmettre au futur. Mais le numérique ne doit pas occulter la réalité du matériel, l’émotion de voir de ses propres yeux des objets d’un passé plus ou moins récent, artefact d’hommes et de femmes de sciences. Il permet à juste titre de trouver des solutions pragmatiques et innovantes de diffusion et de médiations scientifiques, mais ne doit pas désengager la communauté scientifique de la sauvegarde des traces de son activité, bien au contraire la convaincre de la force culturelle des instruments, objets proche du quotidien qui lui semble parfois uniquement obsolète ! »

AC. Jolivet,

Chef de projet Mission Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique en Midi-Pyrénées, Université Fédérale Toulouse Midi Pyrénées

En savoir plus sur:  PATSTEC

Retrouver d’autres témoignages de chercheurs et précisions sur le site Patrimoine Contemporain de l’Université Fédérale Toulouse Midi Pyrénées ici

Patrimoine Mathématique : Retour d’impressions d’A. Chéritat

Alors même que le programme 2015 de « Homme, tu m’étonnes !» se finalise plusieurs actualités sont en lien avec sa thématique « Patrimoine/Science et Numérique ».

Ainsi, la journée du 19 septembre au Muséum de Toulouse intitulée « patrimoine du XXI°s : la numérisation 3D » sera l’occasion de s’immerger dans la thématique, de s’émerveiller mais aussi d’initier et partager nos réflexions avant la journée HTME du 24 Novembre.

A l’occasion des journées européennes du patrimoine 2015, d’autres animations sur Toulouse sont prévues. Par exemple, jusque lundi 24 septembre se tient au Forum Louis Lareng de l’Université Paul Sabatier, l’exposition « Patrimoine en 3D, un nouveau regard sur les collections universitaires », organisée par le service de Commun d’Etudes et Conservation des Collections Patrimoniales de l’Université Toulouse III-Paul Sabatier avec la participation de l’Institut de Mathématiques de Toulouse et la bibliothèque de Mathématiques et Mécanique de l’UPS.

Parmi l’ensemble présenté, cinq objets mathématiques en plâtre et cinq objets en origami, complété par un objet imprimé en 3D ont été réalisés par Arnaud Chéritat.
Nous avons eu le plaisir de le rencontreret lui avons demandé un retour sur cette expérience qui l’a fait naviguer des mathématiques « abstraites » à l’objet 3D « matérialisé »,

MG : Pouvez-vous nous donner un bref aperçu de la place qu’un objet 3D tel que le vôtre peut tenir au sein d’une collection d’objets mathématiques ?

A. Chéritat : Durant le 19e siècle, beaucoup d’universités avaient des modèles en plâtre d’objets mathématiques. Il y avait même des sociétés spécialisées dans leur réalisation. Aujourd’hui, ils ne sont plus utilisés ni renouvelés voire dépérissent.

Certains instituts ont pris conscience de cette perte : ils cataloguent, photographient, voire numérisent leurs collections. De son côté, l’impression 3D permet de les recréer plus facilement, soit à partir du modèle numérisé, soit directement à partir de leur équation quand on la connaît.
Ainsi ce patrimoine peut se préserver, se recréer, et s’étendre. En effet on peut maintenant produire des objets qu’il aurait été trop difficile de réaliser avec les techniques précédentes.
Nous ignorons la durabilité à long terme de ces nouveaux matériaux, mais si les imprimantes 3D se démocratisent, ils deviendront reproductibles à volonté et en grande quantité. On pourra peut-être, quitte à y mettre le prix, fabriquer des objets en une matière capable de survivre aux millénaires.

MG : Quelle a été votre démarche ou intention lors de la réalisation de cet objet 3D ?

A. Chéritat. Ma démarche : numériser signifie prendre un objet réel et le transformer en une représentation (données) informatique. En ce sens ma démarche est inverse : je crée d’abord des entités numériques, d’inspiration mathématique, que je réalise physiquement ensuite.

MG : Pouvez-vous nous en dire plus sur cet objet ? sur la façon dont l’impression 3D a ou non modifié votre perception même de ce dernier, sa faculté à être partagé?

A . Chéritat. Ces réalisations m’aident dans mon travail de recherche. La manipulation sur un écran d’ordinateur a ses limites, un modèle physique fait intervenir d’autres sens et d’autres intuitions, il a une « présence » qui marque.

Mais ces objets physiques ont aussi des qualités esthétiques et ludiques, on peut s’en servir pour la diffusion des sciences.

Par exemple, j’ai pris un polyèdre en 4D et l’ai projeté vers la 3D, obtenant ainsi un assemblage de polyèdres physiques, autrement dit un Puzzle en 3D.

Diapositive1

Projection 3D d’un polyèdre à 4 dimensions : Objet créé par imprimante 3D, A. Chéritat

Une autre réalisation montre le processus d’éversion de la sphère. Une surface se déforme et se traverse elle-même dans un mouvement compliqué, finissant par redevenir une sphère, mais dont les faces intérieures et extérieures se sont échangées. Les modèles physiques sont découpés et aimantés, de sorte qu’on puisse voir et toucher les portions cachées à l’intérieur

 

Venez découvrir ces objets lors du forum mais également rencontrer Arnaud Chéritat qui vous en dira plus à l’occasion de la nuit européenne des chercheurs vendredi 25 septembre à la cité de l’espace de 18h00 à minuit.

http://www.univ-toulouse.fr/sites/default/files/flyer_toulouse_bd_0.pdf