De « transportez-vous aux Archives de Toulouse » à « les Archives vous transportent » ? par C. Bernard*

Collecter, conserver, classer les archives pour les communiquer à tous. La formule des 4C est utilisée depuis environ trente ans pour résumer nos missions. Des missions dont les pratiques ont considérablement évolué au cours du temps. L’archivistique traditionnelle existe toujours et elle offre des bases solides à l’exercice ô combien gratifiant de transmission d’un patrimoine commun.

cath Bernard archivesArbre.Toulouse, Domaine de la Flambelle, sept 1964. André Cros. Ville de Toulouse, Archives municipales, 53 Fi 4750. Licence CC 3.0 BY SA.

Archiviste, un métier encore méconnu et toujours en quête de reconnaissance. Archiviste, bibliothécaire, documentaliste des professions cousines mais qui ont chacune leur identité professionnelle. Archiviste, une fonction qui existe pourtant depuis que les hommes ont commencé à créer des documents dans le cadre de leur activité et qu’ils ont éprouvé le besoin de les conserver et de les organiser pour prouver leurs droits ainsi que pour une saine gestion collective. Mais une discipline, l’archivistique, qui n’est entrée qu’en 1989 au Dictionnaire de l’Académie française.

Pour en revenir aux 4 C, aujourd’hui sont-ils suffisants pour évoquer les mutations de ce métier au regard des transformations de notre société et en particulier dans sa confrontation au numérique ? Peut-être pas, sauf si le dernier verbe « communiquer » est compris dans toutes les acceptions proposées par les dictionnaires des synonymes : révéler, exposer, faire connaître, publier, insuffler, échanger, s’ouvrir, donner et partager par exemple… Longtemps, ce mot a été employé en termes d’accès aux ressources documentaires. A présent, il peut déployer toute sa richesse sémantique et rendre compte des actions de valorisation mais également d’un rôle croissant dans la diffusion et le partage rendu possible par le numérique.

Toulouse._En_gare._Locomotive._4_octobre_1899_(1899)_-_51Fi13_-_Fonds_Trutat_-_cutoutToulouse. En gare, locomotive 1899. E. Trutat, archives municipales 51Fi13

Autrefois, notre credo était « venez aux Archives, l’accès est gratuit et ouvert à tous ». Désormais, les archives sont partout sur la toile, et, de plus en plus, elles s’offrent à vous. On est loin de la définition des dictionnaires d’Ancien Régime : l’archiviste, garde des Archives, non ? Médiateur, community manager, administrateur général des données… dans tous les cas, l’archiviste, créatif et collaboratif, est en meta/morphose comme l’évoque le prochain forum de l’Association des Archivistes français au printemps 2016 qui qualifie les archives de bouillons de culture numérique.

* Catherine Bernard, Adjointe du Directeur Chef du service des publics, fonds clos et audiovisuels, Archives municipales de la Mairie de Toulouse

Retrouver les archives de Toulouse

Sur internet : Les archives de Toulouse ; Le patrimoine toulousain à la carte ; Urban-Hist sur Android ou sur iOS

Sur les réseaux sociaux : twitter archive : @ToulouseArchive ou @UrbanHist_Tlse
facebook ; flickr ; scoop-it

Sur Wikimedia Commons

Brève présentation d’Huma-Num avant de rencontrer son directeur technique, S. Pouyllau

De plus en plus de programmes de recherche en Sciences Humaines et Sociales reposent sur l’exploitation de bases de données. Il est alors nécessaire de gérer les données de la recherche de la création à l’interopérabilité, c’est-à-dire de procéder à du traitement : extraire et annoter des données sérielles ou textuelles, calculer ou annoter des données multimédia, audio/vidéo, 3D, cartographiques, etc.

Le but des Très Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR), telle que Huma-Num est de répondre à des besoins grandissants dans ce domaine.

Revenons sur les objectifs, approches et enjeux de ces plateformes, avant de rencontrer Stéphane Pouyllau, le 24 novembre prochain lors de notre journée HTME. Stéphane Pouyllau est directeur technique d’Huma-Num et responsable du projet ISIDORE.

Les approches et objectifs des plateformes en « humanités numériques »

La notion de corpus regroupe ici un « ensemble de données (numériques) organisées par les chercheurs et les ingénieurs pour faire de la recherche ». Les corpus sont constitués de fonds d’archives, d’archives de chercheurs, d’archives de laboratoires, de reportages photographiques, de collections de bibliothèque, quelle qu’en soit la nature des données (« papier », analogique, numérique)

L’objectif des plateformes est alors multiple :

  • rendre plus accessible les données numériques, en particulier celles qui sont difficilement publiables,

  • optimiser la réutilisation des données scientifiques,

  • participer à la sauvegarde des données à l’ère du numérique,

Les méthodes déployées sont alors au croisement de la recherche, de la documentation et du travail d’archives, de l’informatique et de l’édition. Seule une approche interdisciplinaire mobilisant l’ensemble des compétences mentionnées, mais également l’ensemble des institutions, ressources (humaines et matériels) et sites/outils pré-existants permet un tel déploiement. C’est donc un effort majeur de coopération/coordination et d’adaptation permanent tourné vers l’interopérabilité et impliquant de nombreux partenaires.

Ainsi Huma-Num, dans ses missions nationales mais aussi de coordination de la participation de la France dans DARIAH au niveau européen, coordonne et développe des services numériques fondées sur les techniques de l’information et de la communication (TIC) et travaille avec les communautés pour explorer les méthodes et outils TICS, développer les collaboration et production de résultats, échanger les savoirs et expertises issues de diverses pratiques et disciplines.

Social_Network_Analysis_Visualization« Social Network Analysis Visualization » by Martin Grandjean – Own work : http://www.martingrandjean.ch/wp-content/uploads/2013/10/Graphe3.png. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons – https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Social_Network_Analysis_Visualization.png#/media/File:Social_Network_Analysis_Visualization.png

Les services d’Huma-Num

Différents services en direction du monde de la recherche et du patrimoine numérique sont proposés. Ils se subdivisent en 6 grandes catégories : stocker, archiver, traiter, signaler, diffuser, exposer les données de la recherche.

Des outils ou solutions logicielles sont adossés à ces services :

  • outils de stockage avec conseils adaptés aux objectifs des programmes,

  • service d’archivage assorti de conseils grâce à une convention avec le centre labellisé (CINES) disposant de compétences spécifiques pour l’archivage à long terme,

  • des logiciels de traitement, de visualisation, d’encodage… adaptés aux projets,

  • un service de collecte (moissonnage) offrant un signalement et un accès unifié aux documents et données numériques des SHS : ISIDORE,

  • des packs d’outils permettant de diffuser en ligne des données avec une volonté de favoriser le libre accès aux métadonnées ou données, comme pour ISIDORE,

  • un service d’exposition des données permettant un accès persistant et interopérable des données numériques : NAKALA.

Ces services sont opérés par Huma-Num avec un réseau de partenaires publics : Centre de calcul de l’IN2P3-CNRS ; Centre pour la communication scientifique direct, CINES, etc.

Les consortiums d’Huma-Num :

Les consortiums regroupent des unités et équipes fédérées autour de thématiques et d’objets communs. Ces derniers définissent des procédures et standards numériques partagés.

Actuellement 11 consortiums sont labellisés, regroupant des disciplines aussi variées qu’archéologie, histoire, ethnologie, sciences sociales du politique, musicologie, 3D…

Ici je renverrai sur le site d’HumaNum pour avoir un billet pas trop long.

Pour en savoir plus sur Huma-Num : le site, le blog

Texte issu du contenu de la plateforme Huma-Num et des présentations partagées de S. Pouyllau.