Le Billet de Fleur : Qu’est-ce que l’intelligence sociale chez les insectes?

Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, travaille sur le comportement des insectes. Il sera l’invité de la journée Homme, tu m’étonnes ! consacrée au « Duo Homme-animal » et parlera de la capacité des invertébrés à résoudre des tâches cognitives, seuls ou en groupes. Dans le but d’analyser le comportement d’espèces plus ou moins sociales, le chercheur fait beaucoup de comparaisons entre espèces (abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes…). « L’abeille, par exemple, est une espèce très sociale avec une division du travail. Par exemple, lors de l’essaimage, les abeilles exploratrices indiquent l’emplacement d’un nouveau site de nidification à leurs congénères en réalisant une danse en huit. Puis, à la suite d’un vote, l’essaim s’envole vers le site de meilleure qualité. C’est ce qu’on peut appeler de l’intelligence sociale », raconte Mathieu Lihoreau.

abeilles-1

Une des ruches du dispositif de recherche du CRCA

« À l’inverse, les mouches sont grégaires, c’est-à-dire qu’elles vivent en groupe mais sans structure sociale », poursuit l’éthologue. Et pourtant, surprise. Mathieu Lihoreau a réussi à prouver que les drosophiles étaient tout de même capables de prendre des décisions collectives grâce au « test de la cafétéria ». Face à plusieurs sources de nourriture aux valeurs nutritionnelles différentes, une mouche isolée ne se dirige pas toujours vers la source la plus avantageuse. Cependant, une fois en groupe, les drosophiles font plus souvent le bon choix grâce à leur système de communication chimique.

Le billet de Fleur : Pourquoi étudier les insectes ?

La journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre prochain portera sur la communication et les échanges entre Homme et animal. Mais que deviennent ces échanges quand les affectes entre l’homme et l’animal disparaissent ? Parmi les invités du jour, Mathieu Lihoreau, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, sera bien placé pour répondre à cette question puisqu’il travaille sur le comportement… des insectes. Abeilles, bourdons, drosophiles, criquets, blattes, le chercheur étudie la manière dont ces petites bêtes perçoivent, utilisent et échangent l’information.

m-lihoreau

Rencontre avec M. Lihoreau – CRCA

Mais finalement, pourquoi travailler sur des insectes ? « Tout d’abord parce qu’il est plus aisé de faire des expériences en conditions contrôlées sur un petit insecte qui a moins d’humeurs qu’un grand mammifère comme un chat ou un chien. Et contrairement à nos animaux domestiques, les insectes n’attendrissent pas le chercheur, ils répugnent même parfois le néophyte ! Ceci facilite les interprétations objectives du comportement », éclaire l’éthologue. « Dans un laboratoire, un sujet chien aura un nom, un sujet insecte un numéro… » En outre, les drosophiles sur lesquelles travaille Mathieu Lihoreau ont un système nerveux extrêmement simple, ce qui rend plus accessible la pratique des neurosciences, et en particulier de la neurogénétique. Enfin, les petits invertébrés sont peu onéreux, faciles à se procurer, se reproduisent très rapidement, et sont soumis à moins de réglementations.

les Billets de Fleur!

Fleur, jeune journaliste de talent, accompagne le service de communication dans ses différentes missions. C’est avec plaisir que Fleur nous accompagnera à la rencontre des chercheurs participants à la journée HTME 2016.

ink-316909_1280Sous sa plume, c’est une autre façon de découvrir la science et de vivre les dessous de HTME. A découvrir donc de septembre à octobre ce nouveau format : « les billets de Fleur ».

Nos animaux en vidéos! avec interview de F. Gaunet

L’exposition Chiens & chats a été l’occasion pour Universciences de réaliser une série de 30 épisodes. Cette série brosse avec humour le portrait de nos compagnons et nous apporte quelques éclairages sur leurs comportements grâce aux contributions des chercheurs, vétérinaires et éleveurs.

La série Les Yeux dans la truffe réalisée par Antonio Fischetti est à voir sur sur universcience.tv

co VIA PIXABAYCette série est également l’occasion d’y découvrir Florence Gaunet  dans pas si bete le chien et dans l’oeil du chien.

Florence Gaunet, éthologue au Laboratoire de Psychologie Cognitive*, spécialiste en cognition sociale, sera effectivement parmi nous aux journées d’HTME pour aborder entre autres les questions associées à la communication Homme-Animal.

* UMR7290 – CNRS – Université ; image C0 via PIXABAY