Le billet de Fleur : Abeilles : chaque individu a sa propre réflexion

« L’idée est encore trop souvent répandue que le comportement des animaux, et surtout des insectes qui ont un très petit cerveau, est encodé dans leurs gènes et qu’ils réagissent d’instinct aux stimuli de leur environnement », estime Aurore Avarguès-Weber, éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse qui interviendra à la journée Homme, tu m’étonnes !  du 15 novembre 2016. « Tout cela est faux. Les abeilles sont capables d’apprendre et de s’adapter. Elles ne naissent pas en connaissant de manière innée l’emplacement des fleurs intéressantes ! » Par ailleurs, il est impossible que tous les comportements animaux soient inscrits dans le patrimoine génétique à la naissance. Certaines choses s’apprennent, chez l’insecte comme chez l’homme. Même chez le robot, l’apprentissage est nécessaire. En effet, coder l’action très simple de monter une marche d’escalier chez un robot humanoïde est par exemple un vrai casse-tête. La solution est donc de le laisser se cogner plusieurs fois, réessayer, et attendre qu’il trouve sa propre solution.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Abeille collectant du pollen (NZ, CC 3.0 par Tony Wills via wikimedia commons)

Pour l’abeille, c’est la même chose. « Après avoir rencontré plusieurs fleurs, elle crée la catégorie fleurs et quand elle en trouve une autre par la suite, elle sait immédiatement que de la nourriture s’y trouve », explique Aurore Avarguès-Weber. Sans cette intelligence individuelle, cette capacité à se débrouiller seule, l’abeille ne survivrait pas. Même s’il est vrai que cette espèce extrêmement sociale est collectivement très efficace dans ses actions, les individus isolés n’en sont pas bêtes pour autant. « Leur capacité d’apprentissage individuelle est extraordinaire. Par exemple, une abeille issue d’une ruche d’Europe de l’ouest n’a pas le même langage que ses congénères d’Europe de l’est. Mais en une semaine, si on les mélange, l’abeille étrangère est capable de comprendre les autres et d’apprendre à communiquer », conclut l’éthologue.

Le billet de Fleur : Un animal peut-il être « intelligent »?

Dans le cadre de la journée Homme, tu m’étonnes ! (HTME) du 15 novembre sur la communication Homme-animal, l’éthologue Aurore Avarguès-Weber du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, enrichira le débat en parlant de l’intelligence individuelle des insectes, et notamment de celle des abeilles. « L’abeille est capable d’apprendre de nombreuses choses, elle sait même compter! », s’enthousiasme la chercheuse. « C’est impressionnant de voir qu’un insecte si petit, avec si peu de neurones, est capable d’accomplir des tâches complexes. Et même si c’est notre vision anthropomorphe qui nous fait dire que les abeilles possèdent une forme d’intelligence, pour ma part, j’en suis convaincue », défend l’éthologue.

aurore-avargues-weber

A. Avarguès-Weber, entretien au CRCA

Cependant, la notion d’intelligence reste difficile à établir. Dans un premier temps, elle pourrait s’apparenter à la capacité à utiliser un grand nombre de neurones pour résoudre un problème complexe. Mais au regard de l’avancée actuelle des sciences du cerveau, il est impossible de quantifier le nombre de neurones activés lors de la réalisation d’un tâche, que ce soit par un homme ou par un insecte. Alors, l’intelligence pourrait-elle être donnée par le temps d’apprentissage ? En effet, plus un problème est complexe, plus un enfant met de temps à le résoudre, et plus il utilise son intelligence. Or, l’homme apprend à compter entre 4 et 5 ans, tandis qu’une abeille ne vit même pas si longtemps! Son apprentissage est indéniablement plus rapide. Le mystère reste donc entier autour de cette notion que l’homme applique souvent aux animaux.

Le Billet de Fleur : l’Homme aux bourdons

À l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, dans le bâtiment du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse (CRCA), une pièce du rez-de-chaussée respire bon la campagne. Mathieu Lihoreau, éthologue au CRCA, y fait voler ses bourdons sans relâche, de fleur artificielle en fleur artificielle. Invité de la prochaine journée Homme, tu m’étonnes ! le 15 novembre, le chercheur partagera ses connaissances sur le comportement du bourdon, avec les fleurs ou avec ses congénères.

Bourdon, par Canudo via wikimedia commons

Équipés d’antennes ou de puces électroniques en lien avec des capteurs sur de fausses fleurs distribuant du nectar artificiel, les bourdons de Mathieu Lihoreau butinent sous haute surveillance. «  Je regarde comment les insectes se déplacent et optimisent leur trajet entre les fleurs. Nous avons aussi commencé à faire voler plusieurs bourdons en même temps pour voir s’ils coopèrent ou au contraire rentrent en compétition », explique le chercheur. « Et j’ai même des collègues  qui travaillent sur la transmission culturelle : de quelle manière un bourdon qui coupe une tige par hasard et s’aperçoit que ça lui permet d’aspirer plus de nectar transmet ce message à son voisin. C’est passionnant ! » Lors de la journée HTME, il sera intéressant de se pencher sur les différences entre une communication de ce type et notre communication humaine par le langage.