Le magicien d’Os : Yves Lignereux et la zooarchéologie

Contrairement aux rencontres précédentes, celle-ci n’est pas la première avec Yves Lignereux. Grâce à son détachement au Muséum de Toulouse, nous avons déjà eu l’occasion de nous côtoyer. Pour autant, c’est aux compétences en anatomie comparée du Professeur de l’École vétérinaire de Toulouse que je fais appel, cette fois-ci.

yves-lignereux En fouille comme en laboratoire, son expertise est un véritable atout pour identifier les espèces animales à partir des restes osseux : poissons, coquillages, bovins, ovins… espèces et sous-espèces sont ainsi identifiées au sein des sépultures ou autres lieux permettant ainsi de retracer l’histoire des Humains, celle de la place des animaux dans leur environnement, leur alimentation, leurs croyances.

C’est de cette discipline, la zoo-archéologie qu’Yves Lignereux nous parlera à la journée #HTME2016. Il évoquera sur cette base et sur les connaissances issues des autres disciplines, l’histoire de la domestication, celle du chien, du bœuf ou du cheval par exemple.

Quand le duo se fait trio! Échanges avec V. Servais

Bonne nouvelle, le carnet évolue et et ouvre HTME au-delà des frontières. C’est avec plaisir que nous avons pu échanger cette année avec notre collègue Belge, Véronique Servais.. Retour sur cet échange !

Suite à la brève sur l’article de V. Servais, nous nous sommes aventurés à l’informer et prendre contact. Belle surprise à la clé !! Non seulement le retour fut positif mais riche d’échanges !

Deux articles ont constitué le socle de ces échanges (ref. ci-après)

L’anthropobiologiste que je suis n’a pu qu’être questionnée par l’approche évolutionniste abordée dans le premier de ces articles. Comment Demaret rapproche notre attirance pour les fourrures de nos pratiques d’épouillage ancrées dans notre histoire évolutive et nos caractères primates est à coup sur intéressant en soi.

monkey-456094_1280Epouillage (CCO via pixabay)

Le point de départ de cette discussion, en lien plus direct encore avec la journée HTME était toutefois la « zoothérapie ».

Alors que cette journée annonce un « duo humain-animal », chacun de ces deux articles insiste et décrit non pas un DUO mais un TRIO. Ce trio se compose alors du patient, de l’animal mais aussi du soignant.

Si dans notre quotidien les échanges peuvent être « binaires », dans le contexte de soin l’animal n’est pas au centre de la relation mais un vecteur ou support de celle liant patient et soignant.

La présence de l’animal a vocation à créer ce que Wincott appelait un « espace intermédiaire ». Il s’agit de générer un espace sécurisé au sein duquel le patient va pouvoir expérimenter l’altérité. Un peu comme l’enfant qui s’ouvre au monde, le patient va pouvoir confronter son monde intérieur à la réalité extérieur.

La mise en contact avec un autre à la fois différent parce que non humain mais suffisament proche parce que vivant et animal va autoriser la projection d’une représentation anthropocentrée et personnelle du monde. La part d’imprévu généré par l’animal va également générer un espace de créativité, d’émotions propices à l’échange et dans lequel le patient va pouvoir réinvestir sa propre histoire.

photo-zootheRelation en activité de thérapie, Pr. C. Dillenburger via commons.wikimedia.org

Ces relations humain-animal, peuvent-elles varier d’une culture à une autre, ou plutôt d’une perception du monde et de l’ « animalité » à une autre ? Les robots peuvent ils jouer un rôle de substitu et générer eux mêmes des espaces intermédiaires ? Si oui, seront-ils de même nature et peut on envisager une « robothérapie » dans les domaines de la psychologie ? Comme toujours les questions font suite aux réponses et nous continuerons à en débattre ici comme à la journée du 15 Novembre.

articles utilisés pour la rédaction de ce billet :

Servais V. (2016) Introduire des animaux dans le bureau du clinicien. Dans J. Englebert et V. Follet (dirs.) Adaptation : Essai collectif à partir des paradigmes éthologiques et évolutionnistes, Paris, Hermann, 129-152

V. Servais. La médiation animale comme espace intermédiaire de partenariat avec des animaux. L’Obervatoire N°85, http://hdl.handle.net/2268/188931

HTME c’est aussi ça, l’opportunité d’échanger connaissances et idées sur des sujets transverses. Scientifiques et sociétaux. N’hésitez pas à échanger avec nous et faire d’HTME un lieu d’échanges physique et numérique.

 

La journee HTME s’annonce: RDV le 15 Novembre

Homme, tu m’étonnes ! Édition 2016
Le duo humain animal : une histoire sans fin

 Des temps préhistoriques à aujourd’hui comment ces relations ont-elles évoluées ? Quels indices nous permettent de suivre les relations particulières que l’Homme qu’il soit chasseur-cueilleur, agriculteur ou urbain entretient avec l’animal ? Comment l’animal sauvage devient-il animal domestique puis animal de compagnie ? Quelles projections de nous-mêmes, quels échanges cognitifs et affectifs sous-tendent cette relation particulière ? Le monde virtuel peut-il prolonger ou supplanter ce duo d’antan ?

Six intervenants, chacun dans sa spécialité, vont nous aider à comprendre nos liens aux animaux dans un axe temporel mais aussi cognitif. Une table ronde permettra de croiser les points de vue et de conclure cette journée organisée en partenariat CNRS-Muséum Toulouse. En voir le teaser

affiche

Rendez-vous le 15 novembre de 10h à 17h30 au Muséum de Toulouse

En savoir plus : http://www.cnrs.fr/midi-pyrenees/SciencePourTous/HTME.aspx et #HTME2016

Retrouvez la bibliographie proposée par le Muséum de Toulouse : ici

Inscription gratuite et conseillée : https://www.weezevent.com/htme2016

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe HTME!

Le billet de Fleur : Un jeu vidéo pour les abeilles

L’étude du comportement des abeilles est étroitement liée aux neurosciences. Dans ce cadre, l’équipe d’Aurore Avarguès-Weber développe d’ailleurs un véritable jeu vidéo pour abeilles au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse. Lors de la journée HTME du 15 novembre, l’éthologue décrira comment l’insecte, attaché par le dos à une balle de ping-pong, a l’impression de se déplacer dans un champ à la vue des images en réalité virtuelle que les chercheurs lui projettent. Certes, l’insecte sait qu’il n’est pas dans la nature. Cependant, si l’environnement virtuel est suffisamment réaliste, il parvient à se déplacer et réagir de façon naturelle.

bee-705412_1280Pour l’instant, l’expérience fonctionne avec des projections visuelles très simples pour validation de la technique. « L’abeille se trouve face à deux formes géométriques colorées projetées sur l’écran. Si elle se déplace vers la bleue, on lui donne de l’eau sucrée, vers la jaune, de la quinine au goût amère », explique Aurore Avarguès-Weber. « Elle apprend donc à faire tourner la balle de ping-pong dans la bonne direction pour avoir l’eau sucrée ». Dans le futur, l’objectif de ces travaux est de déterminer le fonctionnement du cerveau de l’abeille, savoir quelles zones s’activent quand elle effectue telle ou telle tâche, et notamment au moment de compter (oui, vous avez bien lu, les abeilles savent compter). En effet, grâce à ce nouveau jeu vidéo, les chercheurs espèrent que les abeilles réaliseront des actions complexes sans bouger la tête, ce qui permettra d’enregistrer l’activité de leur cerveau en parallèle, avec un scanner ou un IRM couplés à un microscope.

crédit image : yabayee via Pixabay CCO