Retour sur les peintures rupestres avec Carole Fritz

Comment les peintures rupestres reflètent-elles l’environnement dans lequel les chasseurs-cueilleurs vivaient ? Comment les représentations animales qui ornent nos grottes reflètent-elles l’importance du sociale et de la symbolique dans ces sociétés ?

Relisez l’interview de Carole Fritz parue dans le magazine exploreur. Cette interview fait écho à son intervention à la journée « Homme, tu m’étonnes » où C. Fritz nous proposera un regard particulier sur les relations humains animal à travers l’art rupestre du paléolithique.

© Claude DELHAYE/CNRS Photothèque Représentation pariétale d'une lionne des cavernes sur le fac-similé du "panneau des chevaux" de la grotte de Vallon-Pont-d'Arc (dite grotte Chauvet). Découverte en 1994, cette grotte située en Ardèche est exceptionnelle de par son ancienneté (36 000 ans), la qualité de la conservation et la richesse de ses représentations pariétales. Pour faire découvrir ce lieu unique fermé au public, des fac-similés d'une vingtaine de panneaux sont visibles dans une vaste réplique de la grotte baptisée "La Caverne du Pont-d'Arc". UMR5608 Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés 20140001_1266

© Claude DELHAYE/CNRS Photothèque
Représentation pariétale d’une lionne des cavernes sur le fac-similé du « panneau des chevaux » de la grotte de Vallon-Pont-d’Arc (dite grotte Chauvet). Découverte en 1994, cette grotte située en Ardèche est exceptionnelle de par son ancienneté (36 000 ans), la qualité de la conservation et la richesse de ses représentations pariétales. Pour faire découvrir ce lieu unique fermé au public, des fac-similés d’une vingtaine de panneaux sont visibles dans une vaste réplique de la grotte baptisée « La Caverne du Pont-d’Arc ». UMR5608 Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés 20140001_1266

Carole Fritz est membre du laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques
sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES)   et responsable du CREAP – centre de recherche et d’études pour l’art préhistorique Emile Cartailhac

Cet interview est extrait du numéro 5 d’Exploreur, le magazine scientifique de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées.

Pour une site virtuelle de la grotte Chauve, RDV sur le site

Pourquoi interpeller un roboticien lorsque l’on discute des relations humain-animal ?

Direction le laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS-CNRS), nous voici à la porte du nouveau bâtiment : accueil chaleureux, passage devant les salles d’expérimentation, robot assis devant une table puis direction le bureau de Rachid Alami.

Rachid Alami est roboticien ; il m’interroge ; « Je ne travaille pas dans le domaine de la zoothérapie, qu’attendez-vous de ma participation à la journée Homme, tu m’étonnes ? » Remarque pertinente qui, associée à une pincée de curiosité de sa part, amorce notre discussion.

Deux raisons motivent ma présence au LAAS-CNRS et mon invitation à la journée.

L’exemple de PARO, le robot-phoque thérapeutique, laisse supposer que, pour partie au-moins, le robot pourrait servir d’appui à des fins thérapeutiques. La représentation animale de ces robots – voire parfois humaine – n’est sans doute pas anodine. Qu’est-ce que cela projette ? La création de robots a visée utilitaire n’est-elle pas une nouvelle forme de domestication technologique ?

puppy

Robot puppy, par Toyloverz via wikimedia commons

Enfin, et surtout, partir des robots est un bon moyen de prendre du recul, de distancer l’« affect » pour mieux comprendre ce qu’est la « communication », les processus mis en jeu. Comment un roboticien définit-il des concepts tels que la coopération, l’intelligence ?

L’enjeu des recherches de Rachid Alami et de la robotique sont de créer des robots ayant les moyens de décider, de se répartir entre eux et sans intervention humaine des tâches, de gérer l’aléatoire et d’agir pour réaliser des « tâches ». Cela implique une « intelligence » artificielle potentiellement collective, c’est-à-dire lier une perception à l’action à travers des prises de décision.

Si ce domaine de compétence est complémentaire de ceux des sciences cognitives et de l’éthologie, domaines tous deux représentés le 15 novembre, Rachid Alami souligne deux faits. Premièrement le roboticien n’observe pas les « comportements » : il les génère. Dans ce contexte, l’aléatoire (« l’imprévu ») reste le résultat d’algorithmes. Pour ce qui est des émotions, il est possible de programmer un robot pour qu’il simule des états émotifs. pour autant, il ne faut pas oublier que ceux-là ne sont pas ressentis….

pixabay-alami

Par sciencefreak via pixabayCCO

De nos échanges plusieurs pistes de discussion sont apparues et nous vous invitons à venir les explorer avec nous le 15 novembre au Muséum de Toulouse.

Portrait de Rachid Alami

En savoir plus sur PARO : http://www.parorobots.com/